En 1998, un médecin a publié une étude sur l'autisme et les vaccins : 12 ans plus tard, on a découvert qu'il s'agissait d'une fraude organisée - Curioctopus.fr
x
En 1998, un médecin a publié une étude…
Ce hibou a volé à l'intérieur d'un hélicoptère et s'est tenu à côté du pilote qui éteignait un incendie 20 fois où des personnes ont été si chanceuses qu'elles n'en ont pas cru leurs yeux

En 1998, un médecin a publié une étude sur l'autisme et les vaccins : 12 ans plus tard, on a découvert qu'il s'agissait d'une fraude organisée

29 Octobre 2020 • Par Baptiste
3.705
Advertisement

Aujourd'hui encore, nous avons affaire à des groupes de personnes qui refusent de se faire vacciner parce qu'ils se souviennent d'une étude publiée en 1998 dans une revue scientifique, qui affirmait avoir trouvé un lien présumé entre les vaccins et l'autisme.

Bien que la majorité de la population soit favorable aux vaccins, beaucoup de gens ne connaissent pas du tout l'histoire absurde de l'étude qui a finalement été proclamée fausse, ainsi que toute l'affaire autour de la naissance du mouvement no-vax : une vaste escroquerie. Voilà ce qui s'est passé en 1998.

via: bmj.com
image: bmj.com

En 1998, la revue scientifique Lancet a publié une étude au nom du Dr Andrew Wakefield et de 12 autres auteurs, qui affirmait avoir trouvé un lien entre le vaccin ROR (contre la rougeole, les oreillons et la rubéole) et l'autisme. C'est précisément le fait que les travaux aient été publiés par une revue prestigieuse, jusqu'alors une référence pour de nombreuses autres études, et que de nombreux médecins y aient participé qui a provoqué la panique tant dans la communauté scientifique que dans l'opinion publique

image: pixabay

C'est grâce à la volonté d'un journaliste, Brian Deer, d'y voir plus clair qu'en fin de compte l'étude du Dr Wakefield a été déclarée fausse ; mais on a aussi découvert que derrière cette étude il y avait d'énormes gains financiers que Wakefield allait encaisser.

Brian Deer a montré que les conclusions des travaux de Wakefield étaient totalement infondées : l'étude portait sur un petit nombre de cas étudiés sans aucun contrôle, faisait référence à trois affections médicales très courantes et se fondait en grande partie sur les souvenirs et les déclarations des parents des enfants examinés.

Mais ce qui peut sembler une folle impréparation, s'est avéré être un plan élaboré dans les moindres détails afin d'obtenir un avantage économique : le Dr Wakefield a modifié les données et les chiffres afin d'étayer son affirmation d'avoir identifié un nouveau syndrome ; il a également eu le soutien de l'hôpital où il travaillait afin d'obtenir des gains financiers sur la crainte généralisée après la publication sur les vaccins.

Advertisement
image: pixnio

Grâce au travail du journaliste Brian Deer et à toutes ces études qui, dans les années suivantes, ont vérifié la possibilité d'obtenir les mêmes résultats que l'étude de 1998 - sans jamais trouver de corrélation entre les vaccins et l'autisme - en 2010, le travail publié par Wakefield dans la revue Lancet a été déclaré faux. La même année, Andrew Wakefield a été radié de l'Association médicale britannique.

En bref, nous rapportons quelques études qui ont réfuté la corrélation possible entre les vaccins et l'autisme.

  • 1999, étude sur 500 enfants : aucun lien.
  • 2001, étude sur 10 000 enfants : aucun lien.
  • 2002, étude danoise portant sur 537 000 enfants : aucun lien.
  • 2002, étude finlandaise sur 535 000 enfants : aucun lien.
  • 2005, examen de 31 études portant sur un total de 10 000 000 d'enfants : aucun lien
  • 2012, examen de 27 études de cohortes, 17 études cas-témoins, 6 séries d'études autocontrôlées, 5 séries d'essais chronologiques, 2 études écologiques, 1 étude de cas croisé, total 14 700 000 enfants : aucun lien.

En conclusion, nous payons encore aujourd'hui les conséquences d'une fraude bien organisée commise par un petit groupe de personnes, reconnu comme tel par la communauté scientifique mondiale : aucun lien n'a été trouvé entre les vaccins et l'autisme dans aucun cas d'étude.

Source:

https://www.who.int/bulletin/archives/79(3)272.pdf 

https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140673697110960/fulltext

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci