Encéphalite léthargique : l'épidémie du sommeil profond du début du 20e siècle pour laquelle aucun remède n'est encore connu aujourd'hui - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Encéphalite léthargique : l'épidémie…
L'autre face du monde naturel : 15 photos d'animaux et de la nature qui ne peuvent que nous faire peur

Encéphalite léthargique : l'épidémie du sommeil profond du début du 20e siècle pour laquelle aucun remède n'est encore connu aujourd'hui

Par Baptiste
3.200
Advertisement

Qui parmi nous ne voudrait pas être à la place de Blanche-Neige pour dormir profondément et paisiblement ? Beaucoup d'entre nous peuvent avoir ce besoin, mais tout le monde ne sait pas que dormir pendant de longues périodes n'est pas seulement un rêve inaccessible, mais une véritable maladie.

Nous sommes en effet à la fin de la Première Guerre mondiale lorsque, chez certains soldats, une pathologie jamais vue auparavant commence à faire son chemin : l'encéphalite léthargique. Plus communément appelée "maladie du sommeil", elle entraînait les gens dans un état de sommeil profond et de confusion mentale, des symptômes auxquels la médecine ne pouvait pas - et ne peut toujours pas - trouver de réponse.

Les vétérans de la guerre ont été plus nombreux à être touchés, une grande partie de la population européenne et mondiale étant touchée par une véritable pandémie qui a laissé derrière elle des morts ou des survivants dans des conditions débilitantes. Alors que la propagation de l'encéphalite devenait de plus en plus rapide et que de nombreuses personnes ne trouvaient pas d'explication, un neurologue viennois a commencé à comprendre les processus qui caractérisent cette nouvelle pathologie. Grâce à plusieurs autopsies pratiquées sur certains patients souffrant de la maladie, Constantin Von Economo a pu encadrer certaines de ses caractéristiques qu'il a illustrées dans un article publié en 1917.

Le neurologue a précisé que la "maladie du sommeil" commençait à se manifester par de forts maux de tête et un malaise généralisé, puis entraînait le patient dans un état de sommeil profond. Dans certains cas, il était possible de réveiller immédiatement la personne infectée ; dans d'autres, l'état d'"hibernation" pouvait persister pendant des semaines, conduisant à une sorte d'état comateux.

Les jeunes entre 15 et 35 ans ont été les plus touchés par la maladie, avec des symptômes très similaires à ceux d'une simple grippe. De "simples" toux ou fièvres les ont amenés à sous-estimer le problème et, dans la plupart des cas, à causer des dommages irréversibles à la santé.

Malgré cela, une décennie après la publication de l'article de von Economo, l'encéphalite a commencé à ralentir son cours, laissant espérer sa disparition. En réalité, ce ne fut pas le cas, car en 1933, un nouveau cas fut découvert chez une jeune femme, Becky Howells. Heureusement, la jeune femme a réussi à s'en sortir, mais c'était une nouvelle occasion d'étudier pour un groupe de spécialistes dirigé par le virologue John Oxford.

Advertisement

Ce dernier, constatant chez les différents patients la présence constante d'infections de la gorge, a émis l'hypothèse que l'encéphalite devait être considérée comme un streptocoque qui, se faufilant dans l'organisme, affaiblissait complètement le système immunitaire. Une fois atteint le cerveau, les dommages étaient tels qu'il était presque impossible de revenir à une situation de totale normalité.

Ces études ont certainement été d'une grande aide pour comprendre et guérir en partie la pathologie, mais malheureusement encore aujourd'hui il n'a pas été possible de créer un remède définitif. On ne peut qu'espérer que ce sommeil léthargique et dangereux continuera de n'être plus qu'un mauvais souvenir d'un passé médical peu connu.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci