Le cauchemar de la poliomyélite : ces faits dans les années 50 nous rappellent pourquoi les vaccins existent - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Le cauchemar de la poliomyélite : ces…
Cette fois-là, quand un médecin a découvert que l'âme dans un corps pèse 21 grammes Approuvé un nouveau médicament anticancéreux qui détecte les mutations de l'ADN plutôt que le type de cancer

Le cauchemar de la poliomyélite : ces faits dans les années 50 nous rappellent pourquoi les vaccins existent

781
Advertisement

Le vaccin contre la polio a été une cause de grande fête et d'euphorie dans les années 50 : il a été développé pour combattre une maladie dévastatrice qui a infecté en très peu de temps des milliers d'êtres humains, sans que personne ne sache comment l'arrêter. La plupart des victimes étaient des enfants.

C'est grâce au virologue Jonas Silk et à ses collègues que le cauchemar a pris fin : ils ont mis au point un vaccin en 1952 - l'année où la maladie a atteint son apogée - qui a été diffusé en 1954, pour entamer le processus de vaccination en seulement un an. Voilà une partie de notre histoire qui nous rappelle l'importance des vaccins et le danger associé à leur boycott.

La propagation de l'épidémie de poliomyélite est un épisode qui touche l'ensemble de la société, les adultes et les enfants, les pauvres et les riches. Non seulement elle a bouleversé la vie de tous ceux qui l'ont marquée, mais elle a aussi bouleversé pendant un certain temps l'existence de villes entières : la plupart des lieux publics étaient fermés, au cinéma il était préconisé de ne pas s'asseoir côte à côte pour limiter la propagation des germes. En général, il y avait une paranoïa de contagion car personne ne pouvait dire qu'ils étaient à l'abri.

Photo : Enfants mis en quarantaine sur les escaliers d'un bâtiment servant au regroupement de personnes atteintes de polio.

Le cauchemar des parents du 20e siècle.

La polio s'est développée pour la première fois dans le Vermont, aux États-Unis, en 1894, et depuis lors, elle réapparaissait régulièrement, surtout l'été. Personne ne savait comment arrêter une maladie débilitante qui, dans les cas les plus graves, conduisait à la mort ou à une paralysie permanente. C'est cette préoccupation qui a le plus effrayé les parents du XXe siècle.

La poliomyélite est un virus transmis oro-fécalement : il ne donne souvent aucun symptôme, mais si le virus atteint le système nerveux central, il entraîne différents types de paralysie, selon les nerfs affectés.

Photo : études sur les effets de la polio.

Advertisement

Pas de remède, juste de la prévention.

image: picryl.com

Aujourd'hui encore, il n'existe pas de remède contre la polio : seulement une forme préventive - la vaccination - et une thérapie de rééducation qui, dans de très rares cas, peut être considérée comme efficace. Dans les années 1950, le virus a conduit au développement de ce que l'on appelle les "poumons d'acier", un caisson metallique utile dans le cas de paralysie des muscles de la gorge et de la poitrine, d'où la nécessité d'avoir un poumon artificiel pour respirer.

Photo : technique de rééducation dans l'eau pour un enfant atteint de polio.

La tragédie des enfants.

La polio est une maladie très contagieuse : le virus réside dans la gorge et les intestins et peut se transmettre par la toux, l'excrétion de matières fécales ou les éternuements. Le nettoyage des mains s'est avéré d'une importance fondamentale, car de nombreux cas de contagion sont nés après un contact des mains infectées avec la bouche : c'est aussi la raison pour laquelle la maladie s'est transmise principalement entre enfants, qui portent très souvent leurs mains sales à la bouche.

Photo : le poumon d'acier, la machine qui aidait à respirer ceux qui n'y arrivaient plus à cause de la paralysie des muscles.

Les vaccins ont empêché le retour naturel de la maladie

Depuis l'introduction des vaccins antipoliomyélitiques dans les hôpitaux, la maladie a connu un déclin spectaculaire. Sur les plus de 20 000 cas de poliomyélite paralytique enregistrés aux États-Unis au début des années 1950, il n'y en avait que 61 en 1965. En 1979, enfin, la maladie a été déclarée officiellement éradiquée grâce à la vaccination de masse.

Photo : réhabilitation d'une petite fille.

Advertisement

Une maladie principalement asymptomatique.

La polio a été particulièrement virulente car dans la plupart des cas, elle ne donnait aucun symptôme, ce qui facilitait la contagion : la polio est considérée comme une maladie asymptomatique à 95% et c'est seulement dans de rares cas qu'elle a entraîné des conditions de paralysie et d'autres problèmes neurologiques.

Photo : des jeunes femmes atteintes par la polio prennent un bain de soleil.

Une maladie qui n'a fait aucune discrimination

Ce qui a contribué à faire de la polio un cas d'intérêt mondial, c'est qu'elle n'a pas seulement touché des pans entiers de la société : elle a touché les adultes et les enfants, les pauvres et les riches, les gens connus et le citoyen moyen. Parmi les célèbres victimes de la polio figure le président américain Franklin D. Roosevelt, qui a contracté la polio en 1921, à l'âge de 39 ans - c'est pourquoi on le voit souvent photographié dans un fauteuil roulant -, l'actrice Mia Farrow, qui a passé huit mois dans un poumon artificiel, et le musicien Neil Young.

Photo : le président américain Roosevelt en fauteuil roulant.

Advertisement

L'histoire de la polio ne peut que faire ouvrir les yeux sur combien les vaccins peuvent sauver des vies, et cela même avant d'être un choix : il ne faut jamais l'oublier au cas où l'on aurait des doutes sur l'efficacité et la validité des vaccins au jour d'aujourd'hui.

Photos : enfants pendant la vaccination contre la polio.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci