La Réserve mondiale de semences en Norvège est en grand danger : le pergélisol qui préserve les échantillons risque de fondre - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La Réserve mondiale de semences en…
Les personnes qui se plaignent tout le temps sont nocives pour votre santé 22 inventions apparues dans les écoles et qui devraient se répandre partout

La Réserve mondiale de semences en Norvège est en grand danger : le pergélisol qui préserve les échantillons risque de fondre

14.678
Advertisement

L'île du Spitzberg est la plus grande île de l'archipel du Svalbard, en Norvège, dans l'océan Arctique. C'est aussi l'endroit choisi pour accueillir l'une des réserves de semences qui, dans le monde, ont pour fonction de préserver les duplicatas de semences importantes pour la diversité biologique. La structure est construite pour résister même aux événements les plus catastrophiques qui pourraient détruire les stocks de semences alimentaires conservées dans divers pays.

Cependant, la réserve de semences ne semble pas suffisante pour résister au changement climatique. Voici ce qui est en train de se passer.

via: Earther

La Réserve de semences du Svalbard joue un rôle crucial : elle contient les semences alimentaires et végétales les plus importantes qui garantissent la diversité biologique. La construction de tels édifices découle de la nécessité de donner une "seconde chance" aux survivants d'un événement catastrophique, qui auraient ainsi l'occasion de restaurer la plupart des espèces végétales.

Les graines sont stockées à une température de -18°C, dans des conditions d'oxygénation minimales pour ralentir le processus de vieillissement. L'océan Arctique a été choisi parce qu'en cas de panne de courant, le pergélisol entourant la structure serait capable de maintenir les températures rigides sur une longue période.

Cependant, le pergélisol est au cœur des préoccupations des experts, car il a déjà commencé à fondre sous l'effet du changement climatique : d'ici 2075, les scientifiques estiment à 10°C la hausse des températures du Svalbard, contenue à 7°C si les mesures environnementales sont respectées à temps.

L'augmentation de la chaleur entraînerait la fonte du pergélisol - la terre qui est constamment gelée - et la libération dans l'atmosphère de grandes masses de méthane et de dioxyde de carbone.

L'augmentation des températures augmenterait également la fréquence des pluies qui, ces dernières années, sont devenues anormalement torrentielles, raccourcirait la saison des neiges, augmentant ainsi les avalanches.

Au cours des 50 dernières années, nous avons déjà assisté à une augmentation des températures de 5°C, ce qui a entraîné la dissolution des couches superficielles du pergélisol : la base de données du Svalbard a subi des inondations qui ont menacé la protection des semences.

Les scientifiques envisagent trois options pour l'avenir : un scénario catastrophique qui se produira si aucune mesure environnementale n'est prise à temps, un scénario "moyen", si les émissions de gaz à effet de serre diminuent fortement d'ici 2040, et un scénario "à faibles émissions" très peu probable à ce jour.

Source:

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci