La fonte du pergélisol réactive des virus et des bactéries qui semblaient exterminés à jamais - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La fonte du pergélisol réactive des…
20 photos prises au bon endroit au bon moment L'U.S. Navy confirme : les vidéos des

La fonte du pergélisol réactive des virus et des bactéries qui semblaient exterminés à jamais

2.356
Advertisement

Le pergélisol ou "permafrost" provient de l'anglais "permanent" et "frost" ("gel") et désigne le sol typique des régions les plus septentrionales d'Europe, de Sibérie et d'Amérique, où le sol est en permanence gelé. Cette couche de glace emprisonne des animaux et des plantes morts il y a des millions d'années.

Parmi les êtres contenus ici se trouvent également des milliards de virus et de bactéries. Ceux-ci, avec le réchauffement climatique, se réactivent, mettant en danger la vie humaine.

via: ibtimes

La température du monde ne diminue pas, bien au contraire. Les zones les plus touchées sont celles où le climat était autrefois plus rude, c'est-à-dire celles où le pergélisol s'est développé depuis des millions d'années. En 2019, les températures en Russie et aux États-Unis ont atteint un niveau si élevé qu'elles ont réussi à dégeler d'importantes couches de pergélisol : plus de 6 mètres de glace se sont dissoutes entre juillet et août. Et ce dégel pourrait bientôt réveiller des virus et des bactéries restés congelés depuis des milliers, voire des millions d'années.

Déjà en 2016, dans la péninsule de Jamal, au nord-ouest de la Sibérie (Russie), il y a eu un dégel important. Au cours de la même année, plus de 12 personnes ont contracté la maladie du charbon (maladie causée par la bactérie Bacillus anthracis, dont les symptômes dégénèrent rapidement en difficultés respiratoires, état de choc et perte de conscience) ; parmi les victimes de l'épidémie, on trouve même un enfant de 12 ans. Selon les experts, l'épidémie a été déclenchée par le cadavre d'un cerf infecté, mort et congelé depuis plus de 100 ans : avec le dégel, la carcasse infectée a empoisonné les eaux souterraines puis d'autres animaux qui ont bu à proximité. Les animaux, ingérés à leur tour par l'homme, ont alors donné lieu à la contagion.

Cette théorie est confirmée par certaines expérimentations de la NASA : au cours d'études menées sur des bactéries congelées dans les lacs de l'Alaska, des chercheurs ont découvert que les microbes réveillés après 30 000 ans ont encore la capacité de se reproduire et d'infecter d'autres organismes. Le cas des bactéries réveillées après 8 millions d'années de congélation est différent. Dans ce cas, les micro-organismes se sont réactivés, mais leur capacité de reproduction et d'infection était très limitée. Cependant, des études montrent que les virus et les bactéries enfouis dans la glace peuvent ressusciter, et ainsi poser un risque pour la santé humaine qui, n'ayant pas un système immunitaire préparé aux attaques de microbes inconnus, peut ne pas être prête à y faire face.

La fonte du pergélisol est une autre conséquence du réchauffement planétaire. Au fur et à mesure que nous avançons sur cette voie, les risques pour notre survie sur Terre deviennent de plus en plus nombreux, jour après jour.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci