Le trou de la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique n'a jamais été aussi petit depuis sa découverte : le record en octobre 2019 - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Le trou de la couche d'ozone au-dessus…
Selon une étude, travailler plus de 52 heures par semaine pourrait causer des problèmes de calvitie La fonte des glaces a mis au jour 5 nouvelles îles en Russie jusqu'alors inconnues

Le trou de la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique n'a jamais été aussi petit depuis sa découverte : le record en octobre 2019

2.033
Advertisement

Depuis des décennies, on entend parler du trou dans la couche d'ozone et des dommages qu'il cause au climat de notre planète. Il s'agit d'une réduction significative de l'ozone stratosphérique dans l'atmosphère, ce qui permet aux rayonnements dangereux pour la vie sur terre, ainsi qu'aux rayons UV, de ne pas être suffisamment filtrés avant de retomber sur Terre.

Le phénomène est intermittent et cyclique, et l'appauvrissement de la couche d'ozone est particulièrement concentré dans les régions arctiques et antarctiques, c'est-à-dire aux extrémités polaires du globe. Selon la période de l'année, le trou peut donc être plus ou moins étendu. Toutefois, les conditions climatiques particulières qui se sont produites en 2019 ont fait en sorte que les données sur la taille de ce trou se sont montrées très différentes de celles prévues. Voyons ce que cela signifie.

via: NASA

Tout a son origine dans le réchauffement climatique. Les températures inhabituellement chaudes de l'hémisphère sud ont fait en sorte que le trou s'est étendu beaucoup moins que prévu : 10 millions de kilomètres carrés comparés aux 20 les années précédentes. Tout cela pourrait conduire à des niveaux plus élevés d'ozone dans l'atmosphère dans la partie sud de la Terre, avec une réduction conséquente des rayons UV nocifs, davantage filtrés.

Ces dimensions inattendues du trou de l'ozone sont les plus petites jamais enregistrées depuis la découverte du phénomène, soit depuis 1982. C'est certainement une bonne nouvelle, même si, comme l'ont souligné les scientifiques du Goddard Space Flight Center de la NASA dans le Maryland, le revers de la médaille est certainement une hausse des températures dans les régions du pôle Sud.

Ce qui reste sûr, c'est que la Terre et son climat subissent de profonds changements. Ces phénomènes positifs ou négatifs, liés les uns aux autres, témoignent qu'il est nécessaire d'essayer, avec de grands efforts, de restaurer des conditions optimales pour la survie de la planète.

Si la hausse des températures peut être "bénéfique" au trou dans la couche d'ozone, elle n'est certainement pas bonne pour de nombreux autres éléments climatiques et environnementaux. En attendant, cette "bonne" nouvelle apportera certainement un soupir de soulagement, du moins dans l'hémisphère sud.

Advertisement
image: Pixabay
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci