Après les incendies en Amazonie et dans l'Arctique, la science nous met en garde : nous vivons l'ère du "Pyrocène" - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Après les incendies en Amazonie et…
L'U.S. Navy confirme : les vidéos des Animaux, objets et situations spéciales : 13 des photos les plus curieuses du monde

Après les incendies en Amazonie et dans l'Arctique, la science nous met en garde : nous vivons l'ère du "Pyrocène"

1.932
Advertisement

2019 restera sans aucun doute dans les mémoires comme l'année des grands incendies qui se sont propagés dans les régions arctiques, une zone naturelle précieuse pour l'équilibre environnemental de notre planète, de plus en plus soumise aux effets négatifs du changement climatique. Peut-être est-il exact de dire que nous vivons probablement l'ère du "Pyrocène" ? La science fait le point.

image: NASA/Wikmedia

Les flammes qui ont éclaté en Amazonie, en Angola, en Zambie, au Congo, à Bornéo et en Indonésie, sans parler des incendies inquiétants en Alaska, au Canada, en Sibérie et au Groenland : 2019 restera comme une année "bouillante" de ce point de vue et, comme le dit le New Scientist, nous sommes peut-être entrés dans l'ère du Pyrocène. Mais d'après les données disponibles, il est incorrect de penser que le nombre d'incendies a augmenté en 2019 par rapport aux années précédentes, malgré la gravité de la situation.

Selon le CAMS (Copernicus Atmosphere Monitoring Service), au cours du premier semestre 2019, environ 3 500 tonnes de dioxyde de carbone ont été produites, ce qui est en ligne avec les 16 dernières années. La différence est due aux incendies dans les régions arctiques, en particulier les flammes qui ont d'abord touché l'Alaska (9 700 km2 de toundra et de forêt d'hiver), puis le Groenland, où le pergélisol a perdu de la consistance à cause des incendies.

image: US Air Force

Contrairement aux incendies en Amazonie, ceux qui ont touché les régions arctiques sont dus à la hausse des températures qui assèchent les forêts et qui, par conséquent, provoquent plus fréquemment des incendies spontanés : dans ces régions, les chutes de neige sont de plus en plus sporadiques et les tempêtes plus fréquentes. Un seul éclair suffirait pour allumer un feu dans ces forêts incontaminés par l'homme.

Alors que les flammes qui ont dévoré l'Afrique, l'Amazonie, l'Indonésie et la Californie sont purement saisonnières ou causées par la déforestation et les pratiques agricoles humaines, celles qui ont récemment touché l'Arctique sont imprévisibles, conséquence directe de la fragilité et de l'aridité croissante des sols causés par le changement climatique.

Des données qui, une fois de plus, nous font réfléchir à quel point notre planète Terre s'enfonce de plus en plus dans une nouvelle ère : le Pyrocène.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci