Nous avons diabolisé le beurre sans raison : voilà pourquoi il devrait revenir sur nos tables - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Nous avons diabolisé le beurre sans…
18 images d'époque montrant des célébrités comme vous ne les avez jamais vues auparavant Paréidolie : 25 situations curieuses dans lesquelles des personnes ont vu un visage dans des objets du quotidien

Nous avons diabolisé le beurre sans raison : voilà pourquoi il devrait revenir sur nos tables

1.760
Advertisement

Le beurre est un aliment qui est bien ancré dans notre patrimoine culinaire, pourtant, il fait l'objet de nombreuses critiques. La diabolisation du beurre semble remonter aux années 1950, alors que les maladies cardiaques étaient endémiques aux États-Unis et que les chercheurs cherchaient désespérément un bouc émissaire.

Cependant, à la lumière des études les plus récentes, le beurre ne semble pas être aussi "létal" que nous l'avons toujours considéré.

image: jules/Flickr

C'est le chercheur Ancel Benjamin Keys qui a d'abord émis l'hypothèse, puis " démontré " que ce sont les graisses saturées - celles du beurre - qui ont causé les complications cardiaques dont la population américaine souffrait. C'est ainsi que le beurre est devenu un véritable tabou... au profit de l'huile de graines. L'étude avec laquelle Keys a conclu au danger du beurre présente toutefois d'importantes lacunes conceptuelles et aujourd'hui, avec des études plus détaillées et approfondies, celle-ci n'a vraiment aucune raison d'être considérée comme une référence.

L'une des études les plus récentes qui étayent la thèse de Keys est celle d'une équipe canadienne : la recherche montre que les rations quotidiennes recommandées sur la quantité de gras saturés n'ont aucun fondement scientifique. De plus, ce ne sont pas les graisses qui jouent un rôle important dans l'apparition des maladies cardiaques, mais les glucides. "Limiter la consommation de graisses n'apporte pas autant d'avantages que nous le pensons, qui, au contraire, dans certains cas, jouent même un rôle protecteur ", a déclaré Mahshid Dehghan, un des auteurs de l'étude.

La règle d'or est la modération.

image: pixabay.com

Les graisses saturées, même après les découvertes récentes, continuent à faire l'objet d'une surveillance particulière : en abuser n'est pas sain, mais les exclure totalement n'est pas sain non plus. N'oublions pas que le beurre contient des éléments nutritionnels importants, tels que :

  • sels minéraux
  • lécithine
  • protéines
  • vitamine A
  • vitamine D

Enfin, le beurre mérite que l'on s'insurge contre son statut alimentaire nocif. Les nutritionnistes rappellent que les graisses qui le composent sont à chaîne courte et moyenne, moins nocives que les autres types de lipides - y compris ceux végétaux. De plus, le beurre n'a pas besoin de températures élevées pour fondre et, lorsqu'il est consommé cru, il est très énergisant et digestible (idéal pour une collation avant le sport).

Le beurre peut aussi être utilisé comme condiment, en faisant toujours attention à la qualité du produit choisi !

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci