Qu'arriverait-il à nous et à la Terre si demain nous arrêtions tous de manger de la viande? - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Qu'arriverait-il à nous et à la Terre…
Camper... tel un alien: le charme enchanteur d'un lieu unique en son genre Vous conservez vos tomates dans le frigo? Voilà pourquoi vous ne devriez pas le faire

Qu'arriverait-il à nous et à la Terre si demain nous arrêtions tous de manger de la viande?

2.131
Advertisement

De plus en plus de personnes décident aujourd'hui de se renseigner davantage sur leur régime alimentaire et de mieux comprendre ce qui se cache derrière les mécanismes de production de tout ce qui remplit les étagères des supermarchés. En particulier, le nombre de personnes qui décident de s'embarquer sur la voie du végétarisme (ou du veganisme) grandit à la fois pour un choix éthique mais aussi pour une question de santé.

Certains chercheurs, cependant, ont essayé d'imaginer les choses si tout le monde devenait végétarien. C'est un scénario bien sûr chimérique, mais qui peut offrir des pistes de réflexion importantes.

via: bbc.com

Environnement et pollution.

image: greenpassport

Quand on parle de pollution de l'environnement, on a tendance à oublier à quel point l'industrie alimentaire du monde en est responsable. C'est un tiers de tous les gaz à effet de serre dérivés des activités humaines. En particulier, les polluants proviennent en grande partie des élevages intensifs qui alimentent l'industrie de la viande.

Les chercheurs de l'Oxford Martin School’s Future of Food Programme ont essayé de quantifier ce qui se passerait, de ce point de vue, si nous arrêtions de manger cette nourriture d'ici 2050: les émissions de gaz polluants se réduiraient de 60% (de 70% si la conversion était de l'ordre vegan et non végétarien).

Reconversion de l'économie.

image: dominio pubblico

Si, du point de vue écologique, ce choix serait profitable au monde entier, sur celui de l'économie, en revanche, des problèmes différents feraient surface. Le premier serait la reconversion des terrains de pâturages en des lieux propices à la culture, ce qui n'est pas si simple. Un autre aspect à considérer serait de savoir comment employer les personnes impliquées dans la filière de la viande: en l'absence de carrières alternatives, cela pourrait entraîner l'effondrement d'industries et de villes entières principalement basées sur ce type de commerce. En particulier, dans les pays en développement, un virage économique de ce type pourrait être à l'origine d'une pauvreté encore plus dramatique qu'aujourd'hui.

Advertisement

Santé.

Une réduction soudaine de la consommation de viande à l'échelle mondiale signifierait également baisser le pourcentage de personnes avec une maladie cardiaque, le diabète et le cancer, provoquant ainsi une réduction de la mortalité globale de l'ordre de 6-10%. Il s'ensuivrait une réduction importante des coûts des frais médicaux qui augmenterait le PIB des pays de 2-3%.

Considérations finales.

Une transition vers le régime végétarien serait salutaire pour la planète et ses habitants, même si la transition devrait être progressive pour ne pas causer une une crise économique fatale.
De plus, il ne faut pas oublier qu'il y a des endroits dans le monde où la consommation de viande est fortement liée à la culture et qu'elle est synonyme de survie dans certains lieux (on peut penser aux populations mongoles et à leur mode de vie, par exemple). Les mots d'ordre devraient donc être la collaboration, l'organisation et le respect.

Tags: Bien-êtreSanté
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci