Congo, 12 rangers et 4 civils tués dans une terrible embuscade : ils défendaient les gorilles contre les braconniers depuis des années

Baptiste

01 Juin 2020

Congo, 12 rangers et 4 civils tués dans une terrible embuscade : ils défendaient les gorilles contre les braconniers depuis des années
Advertisement

C'est un véritable massacre silencieux qui, depuis des années, frappe les rangers du parc national des Virunga au Congo. Un endroit merveilleux, qui couvre 7 800 kilomètres carrés et abrite une variété de faune et de flore enviable et précieuse. Un patrimoine aussi précieux que difficile à défendre, surtout en ce qui concerne les animaux qui le peuplent.

Le parc est notamment célèbre pour la présence de gorilles de montagne (beringei beringei), une espèce animale en voie de disparition et, surtout dans ce lieu, en proie à la chasse illégale. Et c'est précisément aux braconniers que nous devons les terribles attaques subies par ceux qui cherchent, malgré d'innombrables dangers, à protéger le patrimoine naturel. Malheureusement, ce n'est pas toujours simple, comme le montre l'épisode tragique qui a coûté la vie à pas moins de 12 rangers et 4 civils.

via BBC

Advertisement

Cai Tjeenk Willink/Wikimedia

À Rumangabo, où se trouve la zone naturelle des Virunga, l'embuscade d'un groupe de personnes armées n'a laissé aucune échappatoire aux 12 rangers, ni aux 4 civils qui les accompagnaient. Selon les rapports et les reconstitutions, les assassins ont tendu leur piège en ciblant les véhicules sur lesquels se trouvaient les rangers et les autres.

Les victimes s'étaient depuis longtemps consacrées à la protection du parc et de leurs invités, avec une attention particulière pour les gorilles de montagne. Une telle attaque, bien qu'elle ne soit pas nouvelle dans ces régions, n'avait jamais été vue auparavant. Le nombre de personnes impliquées a largement dépassé celui des victimes des précédentes embuscades. Malgré cela, selon le WWF, environ 200 rangers auraient perdu la vie en 20 ans aux Virunga, dans l'accomplissement simple et utile de leur travail. Des chiffres qui font frémir et qui s'apparentent à un véritable massacre.

Wikimedia Commons

Selon les enquêtes, il semble presque évident que l'attaque – comme d'autres dans le passé – a pu partir de l'absence de scrupules des braconniers et des bandes criminelles qui, ici, dans la plus ancienne zone naturelle protégée de toute l'Afrique, n'ont jamais accepté les restrictions imposées à leurs objectifs de chasse illégale. Une situation compliquée et dangereuse, dans laquelle des femmes et des hommes luttent chaque jour de manière héroïque pour garder intact un patrimoine qui appartient à l'humanité entière.

Advertisement

LuAnne Cadd/Wikimedia

Advertisement