Coronavirus, la Chine recommande un remède à base de bile d'ours, extraite des horribles "fermes à bile" - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Coronavirus, la Chine recommande un…
Un homme transforme les escaliers de la maison en une Covid-19 : un test rapide et peu coûteux révèle si un patient guéri a développé le

Coronavirus, la Chine recommande un remède à base de bile d'ours, extraite des horribles "fermes à bile"

Par Baptiste
1.892
Advertisement

Ce n'est pas un mystère que la médecine traditionnelle chinoise utilise des parties et des substances d'animaux pour fabriquer des médicaments et des produits cosmétiques, mais il est également vrai que la majorité des composés sont d'origine végétale et, surtout, n'incluent pas l'utilisation d'animaux sauvages. Soit dit en passant, avec l'apparition du COVID-19, la Chine a interdit la consommation et l'élevage d'animaux sauvages depuis février 2020 ; néanmoins, le gouvernement chinois lui-même semble avoir encouragé l'utilisation de la bile d'ours pour lutter contre les cas les plus graves de coronavirus. Étant donné la décision de renoncer au commerce d'animaux sauvages vivants sur les marchés, la décision de promouvoir les produits à base de bile d'ours, et donc le commerce de "parties" d'animaux, semble paradoxale.

On sait que la bile contient des niveaux élevés d'acide ursodésoxycholique, qui est très efficace pour dissoudre les calculs biliaires et traiter les maladies du foie, mais qui ne s'est pas révélé efficace dans le traitement du Covid-19. Le professeur Cliffor Steer de l'université du Minnesota a étudié les bienfaits de l'acide ursodexoxycholique et a noté qu'il n'est en aucun cas la réponse au virus, bien qu'il ait des propriétés anti-inflammatoires et soit capable de réguler la réponse immunitaire, atténuant ainsi les symptômes de Covid-19. Par conséquent, il n'est pas scientifiquement prouvé que la bile d'ours soit efficace contre le coronavirus.

image: Pixabay

En Chine, il existe ce qu'on appelle les "fermes à bile", des endroits terribles où des milliers d'ours (surtout ceux qui ont le cou blanc) sont enfermés pendant des décennies, voire à vie, avec des cathéters à travers lesquels le liquide "miraculeux" est régulièrement extrait. Toutes les méthodes d'extraction utilisées sont invasives et extrêmement douloureuses pour les pauvres bêtes, qui risquent souvent de tomber malades et de contracter des infections. C'est une raison de plus pour ne pas utiliser de produits à base de bile d'ours ou d'autres parties d'animaux sauvages élevés dans ces fermes, que ce soit sous forme de médicaments ou de nourriture, car ils pourraient être contaminés par du sang, de l'urine et des bactéries. Habituellement, dans ces usines de l'horreur, les conditions d'hygiène sont mauvaises et les animaux sont entassés ; souvent, les hommes qui y travaillent entrent en contact avec des carcasses et, comme le dit Aaron White, un militant de l'Environmental Investigation Agency (EIA), une organisation à but non lucratif qui signale les crimes contre la faune sauvage, "le risque réside dans la façon dont les animaux sont élevés, abattus, conservés, transformés et consommés".

Source:

The Economist

Tags: AnimauxOursActualité
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci