Covid-19, la pollution de l'air peut faciliter la propagation du virus : des études le confirment - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Covid-19, la pollution de l'air peut…
Milan : avec les habitants enfermés à la maison, les lièvres reprennent possession des parcs de la ville Jusqu'au 5 avril 2020, Amazon donnera la priorité à l'achat de produits de première nécessité tels que la nourriture et les produits ménagers

Covid-19, la pollution de l'air peut faciliter la propagation du virus : des études le confirment

Par Baptiste
2.808
Advertisement

Parmi les nombreuses questions auxquelles les scientifiques du monde entier tentent de répondre depuis l'apparition de la pandémie du coronavirus, il y en a évidemment plusieurs qui concernent les corrélations possibles entre la propagation de Covid-19 et les caractéristiques environnementales des zones où le nombre de personnes infectées est le plus élevé. Des facteurs tels que le climat, la température, l'humidité, la pollution peuvent-ils influer sur la diffusion de la maladie ?

Les études sur ces sujets ne manquent pas, et nous livrent des réponses partielles – et affirmatives – à ces questions.

image: Pixabay

En ce qui concerne l'Italie, et en particulier la région de la Lombardie, nous parlons de la zone la plus polluée de tout le continent européen. Le coronavirus touche particulièrement au niveau pulmonaire : il va donc de soi qu'il s'est développé dans un contexte qui, déjà dans des conditions normales, est déjà nocif pour le système respiratoire des habitants.

Outre le taux de personnes âgées supérieur à la moyenne de la population italienne, il n'est donc pas exclu qu'un facteur environnemental entre en jeu. Les analyses effectuées précisément en Lombardie, à l'appui de ces thèses, auraient mis en évidence une corrélation spécifique entre la pollution et la présence de particules fines dans l'air et la diffusion du Covid-19. Le Pm10, très concentré dans l'air de la plaine du Pô en février 2020, selon des études, aurait agi comme un vecteur d'une expansion plus rapide de l'infection.

image: NIAID/Flickr

Ce ne serait donc pas une coïncidence si c'est précisément dans les villes du nord de l'Italie, où les niveaux de particules et de poussières fines sont très élevés, que les foyers les plus violents et les plus persistants ont été déclenchés. De plus, il n'est pas nouveau que la pollution atmosphérique soit fortement liée aux troubles causés au système respiratoire et aux problèmes de santé. Les personnes souffrant de maladies pulmonaires devraient en effet être exposées le moins possible aux substances nocives que l'homme émet dans l'air via ses activités.

Étant une infection respiratoire, le coronavirus se comporte exactement comme les autres pathologies, à la grande différence qu'il s'agit d'un virus plus grave et plus dangereux.

Advertisement
image: Pixabay

La région de Wuhan elle-même, où tout a commencé, est une zone densément peuplée et polluée. Des études ont donc montré que le smog favorise toutes les maladies respiratoires, rendant nos défenses plus faibles et plus inefficaces en cas d'agents infectieux, comme cela avait déjà été établi à l'époque du SRAS. En bref, il semble presque que la nature et l'environnement aient décidé de rappeler à l'homme que peut-être, pour son propre bien, il devrait commencer à prendre des mesures sérieuses pour assainir l'air, dans une situation qui risque de devenir de plus en plus insoutenable.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci