L'histoire de Sarah Rector, la jeune fille trop riche pour être considérée noire - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
L'histoire de Sarah Rector, la jeune…
Il n'y a plus de lucioles : même ces fascinants insectes lumineux risquent de disparaître Voici Bibury, le merveilleux village anglais où le temps semble s'être arrêté

L'histoire de Sarah Rector, la jeune fille trop riche pour être considérée noire

3.796
Advertisement

Au fil des âges, les détenteurs du pouvoir ont souvent contrôlé et subjugué les plus faibles, peut-être parfois parce que la couleur de leur peau était simplement différente.

L'Amérique a connu de nombreuses histoires de racisme et d'abus. Les empires de Méso-Amérique ont été anéantis, les Indiens ont été confinés dans les réserves et les hommes et les femmes noirs ont dû se battre pendant des centaines d'années avant que leurs droits ne soient reconnus. L'histoire que nous vous racontons est celle de Sarah Rector. Le racisme est, bien sûr, au cœur de l'histoire. Cependant, dans ce cas, il y a également eu une fin heureuse.

Sarah Rector est née en 1902. Avant sa naissance, ses ancêtres étaient encore esclaves de la tribu amérindienne des Creek. Lorsque, à la fin de la guerre de Sécession (1865), les États du Nord ont aboli l'esclavage, les grands-parents de Sarah ont reçu, avec leur liberté, un petit bout de terrain.

Le terrain donnée aux Rector était impropre à la culture : sa terre était aride et pour y accéder, les Rector devaient se déplacer sur plus de 100 km. De plus, l'État exigeait 30$ par année pour la propriété. C'est pourquoi Joseph, le père de Sarah, a décidé de la vendre. Mais on l'en a empêché parce que les terres avaient été concédées en vertu d'ententes entre le gouvernement et le peuple Creek. Et ce fut une chance !

En 1911, Joseph confie la terre à la Standard Oil Company dans l'espoir que la compagnie y trouve du pétrole. Mais même dans ce cas, ce fut un échec. Ce n'est qu'en 1913, alors que Sarah avait 11 ans, qu'une foreuse pétrolière indépendante a vraiment trouvé de l'or noir. En peu de temps, ce qui ressemblait à une terre aride et stérile, s'est avéré être une mine d'or.

image: Facebook

La propriété de Sarah produisait environ 2 500 barils de pétrole par jour, pour l'équivalent de 300 dollars (actuellement 7 500). Une fortune incalculable. Pendant ce temps, la jeune fille s'était retrouvée seule et, pour veiller à ses intérêts, l'État lui a confié un tuteur blanc. Mais l'homme qui devait l'aider s'est avéré être un profiteur corrompu.

Ce n'est que grâce à l'intérêt de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), l'association américaine pour les droits et l'affirmation des Noirs, et surtout Booker T. Washington, éducateur et référence de la communauté afroaméricaine de l'époque, que Sarah connut un autre sort. L'homme aida la jeune fille à améliorer sa condition sociale et son éducation. Ainsi, Sarah devint une femme diplômée.

Mais le monde à la peau blanche n'a jamais accepté le fait qu'une fille noire puisse être l'une des personnes les plus riches de la planète. En effet, alors que Sarah recevait des milliers de demandes en mariage, le gouvernement américain déclara que la jeune fille avait la peau blanche. Bien que l'histoire de Sarah ait connu une fin heureuse, il ne fait aucun doute qu'elle nous fait réfléchir sur les nombreuses façons dont le racisme s'est manifesté au fil des ans, ainsi que sur les efforts qu'il faut déployer pour atteindre l'égalité.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci