Les enfants et la technologie : les smartphones provoquent une dépendance comparable aux drogues, disent les experts - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Les enfants et la technologie : les…
En utilisant un ordinateur quantique comme machine à remonter le temps, les scientifiques ont pu L'histoire d'Adam Reiner, le seul homme qui était à la fois un nain et un géant

Les enfants et la technologie : les smartphones provoquent une dépendance comparable aux drogues, disent les experts

1.787
Advertisement

Parfois certaines comparaisons peuvent nous laisser perplexes, ou peuvent nous faire penser à des exagérations dramatisantes qui visent seulement à "accrocher" le lecteur. Si nous vous disions que l'utilisation excessive des smartphones ressemble beaucoup à de la toxicomanie, vous penseriez probablement immédiatement que nous exagérons.

Pourtant, ce n'est pas le cas. Pour le prouver, plusieurs recherches menées par des thérapeutes de la toxicodépendance ont porté sur l'usage immodéré des dispositifs technologiques qu'ont les adolescents et les jeunes d'aujourd'hui. Voyons en détail ce que les études en question ont révélé.

Il suffit de regarder autour de soi pour se rendre compte de l'utilisation constante et immodérée des smartphones et des tablettes par les jeunes et les petits. Souvent, les dispositifs dits "intelligents" deviennent de véritables extensions du corps, dont il est presque impossible de se détacher.

Informations, réseaux sociaux, web, messages, photos à poster et à partager sont des actions quotidiennes si essentielles qui, une fois supprimées, peuvent causer des symptômes très proches de ceux de l'abstinence de drogue ou d'alcool. Les smartphones sont comme des drogues, donc, selon Mandy Saligari, psychologue experte en toxicomanie.

Ceci est confirmé par une étude menée par Jennifer Ihm, professeure à la Kwangwoon University en Corée. La chercheuse a impliqué environ deux mille enfants âgés de 12 ans, analysant leur comportement quotidien et leur demandant s'ils pouvaient abandonner leurs smartphones adorés. Les réponses ont confirmé ce qui était prévisible : environ 84 % des adolescents ont admis qu'ils ne pourraient pas passer une journée sans leur appareil.

image: Nps.gov

La dépendance aux smartphones est une condition dont les jeunes sont bien conscients, et qui souvent ne le vivent pas comme un problème. Pour eux, au contraire, c'est tout à fait normal. Les risques, cependant, sont là, et ils sont réels. Selon les chercheurs, le fait de ne pas pouvoir se passer de ces appareils signifie que les jeunes peuvent présenter un risque accru d'anxiété, de troubles du sommeil, d'insécurité ou de dépression. Et tout cela a des répercussions inévitables sur les résultats scolaires.

Ces théories ont également été confirmées par une recherche publiée par Jean Twenge et Keith Campbell de la San Diego State University, qui ont recueilli des données sur environ 40 000 enfants américains, âgés de 2 à 17 ans. Les résultats ont montré que le temps passé sur les téléphones portables, les réseaux sociaux et les plateformes vidéo affecte le bien-être émotionnel des jeunes.

Advertisement
image: Pexels

Plus polémiques, anxieux et sensibles et en même temps moins curieux, convaincus qu'ils ont déjà tout à portée de main depuis l'écran de leur appareil. Ce sont des risques que les jeunes courent réellement et qui, selon les chercheurs, doivent être contrés par leurs parents, qui sont les seuls capables de contrôler ce qu'ils font chaque jour.

Comment ? En limitant l'utilisation des smartphones et des tablettes, en commençant par soi-même. Les pères et les mères, en fait, ne devraient pas passer des heures collés sur leurs écrans, car pour leurs enfants, cela semblera absolument normal. Fixer une limite d'une heure par jour pour les enfants de moins de 5 ans et de 2 heures pour les enfants scolarisés serait un autre bon objectif à atteindre.

Bien sûr, ce n'est peut-être pas facile, mais la santé psychophysique des plus jeunes y gagnera certainement. Ce n'est qu'ainsi qu'ils pourront comprendre qu'en dehors des écrans et des réalités virtuelles, il y a un monde réel, à découvrir avec curiosité.

Source:

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci