Les chercheurs ont découvert un tueur naturel de cellules cancéreuses, et maintenant ils essaient de le potentialiser - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Les chercheurs ont découvert un tueur…
Une fille dit qu'elle a découvert l'utilité des boutons sur les épaules des vestes : y avez-vous déjà pensé ? En Suède, de plus en plus de personnes se font implanter une puce dans la main : voici à quoi ça sert

Les chercheurs ont découvert un tueur naturel de cellules cancéreuses, et maintenant ils essaient de le potentialiser

13.962
Advertisement

Au cours des huit dernières années, des chercheurs de la Northwestern University of Illinois (USA) ont analysé le génome humain et les molécules régulatrices, c'est-à-dire les molécules qui modifient et régulent l'activité d'un site, dit "allostérique", d'une protéine ou d'une enzyme, pour tenter de trouver une nouvelle voie pour éradiquer le cancer. Le groupe de chercheurs a découvert une méthode pour détruire les cellules cancéreuses, qui pourrait être infaillible : créer de petites molécules d'ARN, appelées pARNi, dans le but d'interférer avec les gènes responsables de la prolifération des cellules malignes à croissance rapide, en essayant d'affecter le moins possible les plus saines.

L'acronyme pARNi signifie "petit ARN interférent" et ce sont de petits fragments d'ARN double brin. Le groupe de chercheurs, dirigé par Marcus Peter, a étudié ces molécules importantes pour comprendre comment elles peuvent agir contre les molécules cancérigènes. Leurs études ont montré que ces molécules pourraient être toxiques pour celles malignes et, par conséquent, être détruites par un processus d'autodestruction. En particulier, ce sont les séquences de 6 nucléotides des molécules de pARNi, également connues sous le nom de  Dise, c'est-à-dire Death By Induced Survival, qui ont été identifiées par l'équipe de Peter pour réaliser cette activité de destruction et d'autodestruction. Pour leurs recherches, ils ont examiné les séquences nucléotidiques de molécules d'ARN non codées, que nos organismes produisent naturellement pour la régulation des gènes, et ont découvert que le Dise se trouve à l'extrémité des filaments de notre acide ribonucléique, qui suppriment le cancer. De plus, ils l'ont trouvé aussi incorporé dans les séquences codifiantes des protéines dans l'ensemble de notre génome.

image: MSeas/flickr

Marcus Peter et son équipe croient que chacune de nos cellules a encodé ce DISE qui nous protège de la maladie, mais la façon dont il le fait n'a été analysée que le mois dernier avec une nouvelle étude. Pour cette recherche, ils ont observé le processus de broyage en pARNi multiples par les cellules d'un plus grand filament d'ARN, responsable du codage du cycle de mort cellulaire pour une protéine appelée CD95L. Des expériences ont également montré que ce même système cellulaire peut être appliqué pour convertir 3% de l'ARN codifiant les protéines en DISE. Toutes leurs études prouvent que les thérapies actuelles ne fonctionnent pas de manière optimale sur la maladie, parce qu'elles impliquent un gène à la fois, alors qu'elles devraient en fait interférer sur plusieurs gènes à la fois. C'est pourquoi l'utilisation de molécules de pARNi DISE contribuerait à une possible guérison du cancer, sans recourir à la chimiothérapie : elles sont programmées naturellement pour tuer les cellules malignes. Suite à toutes leurs études, Peter et son équipe envisagent de concevoir artificiellement ces molécules, de les rendre plus fortes que celles fournies naturellement par notre corps, pour éradiquer le cancer chez ceux qui en souffrent.

Les chercheurs de l'Université Northwestern ont effectué nombre de recherches au cours des huit dernières années et ils espèrent pouvoir terminer leurs études afin de trouver un remède à la maladie de notre siècle.

Sources:

  • https://www.cell.com/trends/cancer/fulltext/S2405-8033(17)30219-4?_return;
  • https://www.nature.com/articles/s41467-018-06526-1#Abs1;
  • https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2162253116300373;
  • https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15384101.2017.1383576;
  • https://elifesciences.org/articles/38621;
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci