Les hommes qui se sentent moins virils ont tendance à être plus agressifs et violents - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Les hommes qui se sentent moins virils…
Les sèche-mains électriques répandent des bactéries partout : selon les experts, ils sont une menace publique Le prix Nobel alternatif va à l'homme qui a trouvé un moyen de faire pousser des arbres même dans le désert

Les hommes qui se sentent moins virils ont tendance à être plus agressifs et violents

3.244
Advertisement

La violence et la toxicomanie sont les fléaux d'une société que nous n'avons pas encore vaincue. En plus d'informer et d'éduquer les gens, les chercheurs tentent inlassablement d'aller à la racine du problème, en soulignant les causes (sociales ou psychologiques) qui conduisent à certains comportements.

A cet égard, nous présentons une étude intéressante menée par le Center for Disease Control d'Atlanta (USA), qui prend en compte la corrélation entre la perception de soi et la propension aux comportements négatifs, en particulier chez les hommes.

image: maxpixel.net

Les chercheurs ont administré deux questionnaires différents à 600 candidats âgés de 18 à 50 ans : l'un visait à tracer un profil de la perception de soi au niveau de la masculinité, c'est-à-dire à comprendre si ce candidat se percevait lui-même comme "masculin" selon les paramètres que la société attribuait au sexe masculin ; l'autre test créait une historique des expériences de vie, notamment celles liées aux mauvaises habitudes.

Il est apparu que les hommes caractérisés par un fort manque d'estime de soi au niveau de la masculinité, c'est-à-dire ceux qui se sentaient moins masculins par rapport aux canons de la société, étaient plus souvent "marqués" par des actions négatives, telles que des actes de violence (avec et sans armes), l'abus de substances, la conduite sous l'influence de substances.

Cela prouverait, selon les chercheurs, qu'un bon pourcentage des actes de violence, par exemple à l'égard des femmes, sont commis dans le simple but de compenser la masculinité que l'homme croit ne pas posséder : la violence et la toxicomanie sont en effet perçues comme des actes distinctifs du genre masculin, et, selon le sens commun, ils augmenteraient la masculinité de ceux qui les commettent.

La question mérite certainement d'être examinée en profondeur, dans l'espoir de pouvoir élargir encore davantage l'échantillon pour parvenir à des conclusions de plus en plus fiables. Est-ce que cela vous semble pour le moment être une conclusion qui pourrait se rapprocher de la réalité ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci