Une experte en toxicomanie révèle : "Donner un smartphone à votre enfant, c'est comme lui donner une dose de drogue" - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Une experte en toxicomanie révèle…
Trouvés dans le Monastère de Sainte-Catherine des parchemins effacés et réécrits dont on ne connaît pas la langue Les scientifiques découvrent comment créer des diamants au micro-ondes... et peut-être bouleverser l'industrie minière

Une experte en toxicomanie révèle : "Donner un smartphone à votre enfant, c'est comme lui donner une dose de drogue"

5.712
Advertisement

Ces mots, très forts, nous viennent d'une experte en addictions : donner à votre enfant la possibilité d'utiliser un smartphone, c'est comme lui donner une dose de drogues. C'est l'opinion de la directrice de la clinique de rehabilitation Harley Street Charter, la psychologue Mandy Sailgari, qui, en contact avec les familles, est témoin des effets que cet appareil peut causer dans certains cas. Mais la dépendance n'est pas la seule tendance négative qu'elle a vue chez ses jeunes patients.

Un scénario de plus en plus inquiétant.

image: Storyblocks

Lors d'une conférence qui a eu lieu à Londres, le Dr. Sailgari a répété le danger derrière l'utilisation des smartphones : la navigation continue sur les réseaux sociaux et l'attente de la réception des notifications sont des choses qui créent une dépendance comme d'autres habitudes nuisibles.

Je dis toujours aux familles avec lesquelles je travaille que donner un smartphone ou une tablette aux enfants, c'est un peu comme leur donner une bouteille de vin ou une dose de cocaïne. Est-ce que c'est quelque chose que vous feriez, en ces termes ? Pourquoi accordons-nous si peu d'attention à un mécanisme qui agit sur les mêmes impulsions nerveuses que l'alcool et les drogues ?

L'experte a expliqué qu'aujourd'hui, deux tiers de ses patients sont des jeunes de 16 à 20 ans qui se tournent vers elle pour traiter cette forme de dépendance, "une nette augmentation au cours des dix dernières années", mais certains d'entre eux sont beaucoup plus jeunes.

Un pourcentage important des personnes que je rencontre sont des jeunes filles de 13-14 ans aux prises avec le sexting - le fait d'envoyer des textes ou des images sexuellement explicites à travers internet ou les smartphones - et qu'elles décrivent comme quelque chose d'absolument commun parmi leurs pairs. Tout cela pose d'énormes problèmes en termes d'identité personnelle et de respect de soi.

D'autres experts présents à la conférence ont souligné que selon eux, cette tendance ne peut être inversée que si les familles, les écoles et le milieu social en général travaillent ensemble pour former un réseau de soutien qui enseigne aux enfants et aux jeunes à autogérer leurs propres activités.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci