9 pratiques des agents d'investigation qui vous aideront à comprendre qui vous avez devant vous - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
9 pratiques des agents d'investigation…
11 curiosités qui vous feront voir le monde avec des yeux différents Elle demande à un sans-abri de s'asseoir et de manger avec elle: à la fin, il lui laisse un message bouleversant

9 pratiques des agents d'investigation qui vous aideront à comprendre qui vous avez devant vous

1.750
Advertisement

Tous les êtres humains possèdent la capacité inconsciente de capter et d'interpréter une série de messages corporels qui sont codés culturellement et biologiquement. Une micro-expression faciale peut en effet être interprétée au niveau sémantique mais aussi provoquer des réactions biologiques précises associées à différentes émotions. Bien que cette capacité se place à un niveau inconscient plus ou moins développé, elle peut être consciemment exercée, voici donc 9 astuces d'investigation que l'agent du FBI LaRae Quy a révélé pour nous aider à mieux comprendre à qui nous avons affaire.

Image de couverture: mohamed_hassen

1. Identifier les caractéristiques de base

Chaque être humain possède une personnalité unique. Nous pourrions nous poser, à cet égard, quelques questions utiles pour faire ressortir ces traits de caractère d'une personne:

  1. Cette personne est-elle introvertie ou extravertie?
  2. Comment gère-t-elle les situations à risque?
  3. Qu'est-ce qui nourrit son ego?
  4. Comment se comporte-t-elle lorsqu'elle est soumise à un fort stress?
  5. Comment apparait-elle quand elle est détendue?

2. Observer le type de démarche

La façon dont une personne marche révèle beaucoup de sa personnalité. Par exemple, une personne qui montre peu de fluidité dans ses mouvements ou qui regarde très souvent le sol en marchant cache très probablement une personnalité incertaine avec une faible estime de soi.

Advertisement

3. Les attitudes de base sont à prendre en compte

Il est intéressant d'analyser les caractéristiques comportementales de base qu'une personne utilise inconsciemment et fréquemment: il peut s'agir de bras croisés, de se gratter la tête ou de s'appuyer contre la porte pendant une conversation. Dans tous les cas, prendre en compte les attitudes de base d'une personne peut permettre de comprendre les altérations des états émotionnels (colère, peur, inconfort, etc.) en comparant simplement les différences entre le comportement de base et celui effectif.

4. Comparer les comportements

En effet, il y a toute une série d'indicateurs qui peuvent nous aider à comprendre ce qu'une personne ressent à un moment donné: les pupilles dilatées peuvent indiquer l'intérêt ou l'excitation, tandis qu'un regard transversal et un sourire à peine affiché peuvent être des indicateurs de mensonge. Comparer ces indicateurs avec les attitudes de base de la personne en question et les évaluer par rapport au contexte nous permettra d'éviter les malentendus et de les interpréter correctement.

5. Faire attention à la gestuelle

Connaître les différentes significations associées à chaque type de geste peut être utile pour comprendre les intentions ou les sentiments les plus profonds de ceux qui se trouvent en face de nous. Il faut cependant veiller à savoir saisir les séries de gestes significatifs plutôt que les gestes individuels. Par exemple, toucher frénétiquement le visage peut indiquer du stress ou de l'anxiété, mais cela peut aussi dépendre d'une démangeaison; se toucher le visage, se balancer sur les pieds et se gratter la tête, en revanche sont tous ensemble un signe clair d'agitation ou quelque chose d'autre qui ne va pas sur le plan émotionnel.

Advertisement

6. S'appuyer sur ses propres sentiments

Bien que le raisonnement conscient permette de creuser plus profondément par rapport à l'intuition dans l'interprétation du comportement des autres, il faudrait laisser plus de place à ses propres sentiments car ils tendent à nous fournir des indices importants sur la personne en face de nous. Les neurones miroirs, en effet, tendent à nous faire ressentir l'équivalent de l'expression ou du geste que nous voyons dans notre interlocuteur: s'ils sourient sincèrement, nous percevrons presque certainement une émotion positive, alors que s'ils prennent une expression de colère, nous comprendrons immédiatement la négativité de la situation. Il faut donc s'appuyer sur sa propre intuition et ce n'est qu'ensuite, à partir des données qu'il fournit et en observant les gestes de l'autre, qu'il faut interpréter le comportement de l'interlocuteur.

7. Rechercher la voix la plus forte

image: Max Pixel

Une personne avec une voix forte (différente de la voix "bruyante") est capable de s'imposer aux autres grâce à la profondeur, à la sureté et à la clarté de son ton et au poids de ses paroles. Savoir identifier cette caractéristique au sein d'un groupe peut être d'une importance fondamentale car cela permet de déduire la dynamique interne du groupe et de comprendre qui revêt réellement le rôle de leader. Soyez donc très attentif à la voix, car parfois même le leader explicite d'un groupe peut compter sur une personne plus forte et plus confiante que lui, en la reconnaissant implicitement comme supérieur!

Advertisement

8. Faire attention aux mots d'action

image: ONNED/ Flickr

Les mots d'action (surtout des verbes, mais aussi des noms tels que course, victoire, conquête, etc.) peuvent être un paramètre très utile pour comprendre la façon de penser d'une personne et les buts qu'elle veut atteindre par l'interaction. Par exemple, si un entrepreneur dit "J'ai décidé de collaborer avec l'entreprise X", le mot d'action "décidé" laisserait entendre l'attitude réfléchie, prudente et calculatrice de l'entrepreneur.

9. Détecter les anomalies

image: Max Pixel

Comme il a déjà été observé, il est extrêmement important de comparer les gestes et les autres attitudes enregistrés à ceux qui font partie du spectre d'action de base de la personne en question. Tout aussi utiles peuvent être les discordances entre ce qui est verbal et non verbal, c'est-à-dire entre ce qui est dit et ce qui est communiqué à travers le corps: si les deux choses ne coïncident pas, essayez toujours de vous appuyer sur le langage du corps, puisque ce dernier est le plus difficile à contrôler volontairement.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci