Le régime alimentaire des hommes de l'âge de pierre était principalement végan : une découverte inattendue

par Baptiste

12 Mai 2024

Advertisement

Une nouvelle étude a découvert quelque chose qui va "à l'encontre de la tendance" de ce que nous pensions savoir sur le régime alimentaire des hommes des cavernes : il était apparemment principalement végan.

Advertisement

Régime paléolithique

Une nouvelle étude, menée par une équipe internationale de chercheurs, a mis en lumière de nouveaux détails sur l'alimentation suivie pendant l'ère préhistorique : l'homme, à cette époque, aurait été principalement végétalien. Si jusqu'à présent, nous avons toujours imaginé les hommes des cavernes primitifs en train de consommer de la viande grâce à la chasse et à l'utilisation du feu, en réalité les choses pourraient être différentes.

Selon ce que l'on savait jusqu'à présent, au Paléolithique, datant de plus de deux millions d'années, régnait ce qu'on appelle le régime paléo. La Harvard School of Public Health soutient que ceux qui ont habité la Terre bien avant nous disposaient d'outils en pierre très simples et rudimentaires, trop simples pour cultiver et travailler les plantes. Ainsi, ils se limitaient à des activités telles que la pêche, la chasse et la cueillette de fruits et de plantes sauvages pour se nourrir et obtenir les protéines nécessaires. Cependant, la nouvelle recherche a contredit cette théorie : différents éléments soutiennent l'idée que les végétaux étaient à la base du régime alimentaire de certains de nos ancêtres.

Advertisement

L'homme des cavernes se nourrit de légumes et de céréales cultivées

Une exposition au Musée de Néandertal

Martyman (2D recreation)/Wikimedia commons - CC BY-SA 3.0 DEED

Les chercheurs ont pris en considération Taforalt, une grotte au Maroc, en Afrique du Nord, datant d'il y a environ 15 000 ans. L'équipe a examiné les restes appartenant au groupe des Ibéromaurusiens du Paléolithique tardif et, à travers une méthode appelée analyse des isotopes stables, a réfuté l'idée que nos ancêtres se nourrissaient principalement de viande. Les aliments préférés semblent avoir été, en réalité, les légumineuses, les pignons et les glands, mais aussi le maïs, le seigle et les betteraves, qui constituaient la partie la plus importante du régime alimentaire des hommes des cavernes.

Zineb Moubtahij, principal auteur de l'étude, a expliqué : "Notre analyse a montré que ces groupes de chasseurs-cueilleurs incluaient une quantité importante de matière végétale, de plantes sauvages dans leur alimentation, ce qui a changé notre compréhension du régime alimentaire des populations pré-agricoles." De plus, l'étude a révélé que cette population avait développé des méthodes pour cultiver et récolter les fruits de la terre des milliers d'années avant la révolution agricole. Les chasseurs-cueilleurs, en effet, "se livraient également aux premières formes de culture des plantes, telles que le semis et la récolte intentionnelle de céréales sauvages. Cette pratique a probablement ouvert la voie au développement de l'agriculture dans la région", indique l'étude.

Le régime "végan" des populations pré-agricoles

Pexels

En fin de compte, les chercheurs ont mis en évidence l'importance de la prévalence des plantes dans l'alimentation des cavernicoles de Taforalt, "tandis que les ressources animales étaient consommées dans une proportion inférieure à celle d'autres sites du Paléolithique supérieur".

L'équipe se déplacera vers d'autres sites paléolithiques en Afrique du Nord, utilisant des outils de pointe pour continuer à examiner les anciennes habitudes alimentaires et leur impact sur l'évolution de l'homme. Certains de nos ancêtres de l'âge de pierre, par conséquent, ne suivaient pas le régime paléo en vigueur jusqu'en 2000 av. J.-C., qui prévoyait la consommation de "viandes maigres, poissons, fruits, légumes, noix et graines", comme l'indique le HSPH, mais étaient principalement végétaliens, bien qu'un rôle aussi central des légumes dans une population pré-agricole soit tout à fait inhabituel, comme le soulignent les chercheurs.

Advertisement