"J'ai donné un préavis de deux semaines pour démissionner, ils m'ont puni avec un service de 16 heures" - Curioctopus.fr
x
"J'ai donné un préavis de deux semaines…
Un signal radio dans l'espace similaire à un battement de cœur détecté à un milliard d'années-lumière de la Terre 16 photographies montrant comment le Japon a des années-lumière d'avance sur le reste du monde

"J'ai donné un préavis de deux semaines pour démissionner, ils m'ont puni avec un service de 16 heures"

20 Juillet 2022 • Par Baptiste
6.570
Advertisement

Trouver un emploi qui respecte les droits fondamentaux qui devraient être garantis à un travailleur n'est ni évident ni, souvent, simple. De nombreux employeurs ont en effet l'impression de donner à leurs employés la vie et le temps libre dont ils disposent uniquement parce que c'est d'eux que dépend la rémunération mensuelle.

C'est ce qui est arrivé à un homme qui, après avoir donné un préavis de licenciement de deux semaines, conformément à son contrat, a été incroyablement maltraité par son employeur qui a décidé de se venger de lui dans ses derniers jours de service dans l'entreprise. Voyons ce qui s'est passé.

via: Reddit

"J'ai 19 ans", commence à raconter le jeune travailleur sur Reddit, "et je travaille dans une station-service depuis sept mois et demi."

Le jeune homme raconte qu'il avait décidé de quitter son emploi et avait donc envoyé une lettre de démission avec un préavis de 15 jours, comme stipulé dans son contrat.

Lors de l'une de ses dernières journées de travail, il venait de terminer ses huit heures, avait réglé ce qu'il devait faire et attendait simplement que son collègue prenne la relève pour rentrer chez lui. "J'ai attendu pendant huit heures, j'ai essayé de l'appeler, j'ai essayé d'appeler les responsables, personne n'a jamais répondu, je pouvais sortir et laisser le magasin ouvert, sans aucune surveillance, mais je ne l'ai pas fait et j'ai passé la nuit là-bas, en faisant un service de 16 heures".

"Mon directeur n'est arrivé qu'à 6 heures du matin", dit le jeune homme contrarié, "mais quand il a vu ma voiture, il est entré et m'a demandé pourquoi j'étais encore là, j'ai répondu que mon collègue ne se présentait pas au travail, alors je suis resté".

Le garçon a fait l'objet de moqueries de la part de ses employeurs qui lui ont assuré qu'ils n'avaient entendu aucun appel pendant la nuit et lui ont demandé si, après le service de 16 heures, il pouvait encore travailler l'autre service de 8 heures le même jour.

"Une fois à la maison, j'ai tout raconté à mes parents et ils m'ont dit que c'était suspect. Mon père m'a dit que je devais arrêter immédiatement, ma mère a même demandé si quelqu'un s'était excusé, mais ce n'est pas arrivé".

Le garçon dit qu'il est heureux d'être parti et d'avoir quitté ce lieu de travail malsain pour lui et sa santé. Et vous, qu'en pensez-vous ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci