Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques ont conçu une stratégie pour protéger leurs avions, mais un mathématicien leur a donné tort - Curioctopus.fr
x
Pendant la Seconde Guerre mondiale,…
Épisodes embarrassants du passé : 18 personnes ont partagé les photos les plus drôles de leur jeunesse Elle prend soin de sa petite plante pour découvrir, seulement après deux ans, que c'en est une fausse :

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques ont conçu une stratégie pour protéger leurs avions, mais un mathématicien leur a donné tort

14 Septembre 2021 • Par Laura
4.582
Advertisement

Très souvent, nous avons tendance à nous concentrer sur nos succès et à négliger nos échecs passés. C'est une erreur très courante qui contribue à déformer partiellement notre vision du monde. Nous nous concentrons sur ce qui a bien marché et négligeons ce qui a mal marché. Ce mécanisme est appelé survivorship biais ou biais du survivant. Voyons de quoi il s'agit.

Le biais du survivant est une erreur logique que nous pouvons commettre dans différents domaines lorsque, lors de l'évaluation d'une situation donnée, nous prenons uniquement en compte les éléments positifs (appelés aussi les survivants), en négligeant les éléments négatifs (les non-survivants). Il en résulte une perception erronée de la réalité, qui ne repose que sur des faits physiquement disponibles.Le biais du survivant est en fait un biais cognitif. Ce biais cognitif ne concerne pas seulement les personnes, mais aussi les machines ou les entreprises: nous avons tendance à tirer des conclusions en considérant uniquement les attributs positifs, sans tenir compte statistiquement des exemples qui n'ont pas fonctionné.

L'un des principaux exemples du biais de survie remonte à la Seconde Guerre mondiale. Le mathématicien Abraham Wald fut convoqué par l'armée américaine, qui lui demanda d'étudier la meilleure façon de protéger les avions contre les tirs : leur crainte était qu'un blindage de l'ensemble de l'avion l'empêche de voler correctement. Ils ont donc commencé à examiner chaque avion pour en déterminer les points les plus à risque, puis à renforcer ces zones. Mais le mathématicien a vite compris qu'ils commettaient une erreur de jugement : ils étaient victimes d'un biais du survivant.

L'armée américaine n'avait pas pris en compte les avions qui avaient été touchés sans être revenus : elle ignorait les non-survivants et faisait des analyses basées uniquement sur les survivants. De cette façon, les militaires essayaient de protéger les parties erronées des avions : les points où les avions avaient été touchés ne représentaient pas des faiblesses, mais des forces ; même si les avions avaient été touchés dans ces zones, ils étaient encore capables de voler : ils n'avaient pas besoin de renforts supplémentaires.

Il existe de nombreux autres cas, même dans notre vie quotidienne, où nous pouvons observer ce mécanisme : les salles de sport ont tendance à vous montrer les résultats des personnes qui se sont inscrites à leurs cours, mais elles ne vous montreront jamais les personnes qui - bien qu'ayant suivi les instructions des experts - n'ont pas obtenu de résultats. La connaissance de ce mécanisme peut donc nous aider à ne pas baser notre compréhension des événements uniquement sur les personnes ou les faits qui ont déjoué les pronostics, car ceux-ci ne constituent pas un échantillon représentatif et risquent de nous donner une image erronée, ou déformée, de la situation.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci