On l'a harcelée sur le web à cause de son handicap : elle a répondu en publiant des selfies pendant un an - Curioctopus.fr
x
On l'a harcelée sur le web à cause…
16 fois où des personnes ont personnalisé leurs masques avec des résultats à la limite du ridicule Ne vous fiez jamais au premier regard : 19 photos prouvent que la perspective sait toujours comme nous tromper

On l'a harcelée sur le web à cause de son handicap : elle a répondu en publiant des selfies pendant un an

04 Avril 2021 • Par Baptiste
5.788
Advertisement

Qu'il s'agisse d'une mauvaise estime de soi ou de caractéristiques propres, nous savons tous qu'il n'est pas toujours facile de se réjouir quand on se regarde dans le miroir. Pire encore, lorsque l'insatisfaction et l'insécurité sont causées par des problèmes de santé, qui deviennent peut-être l'objet de moqueries et d'actes discriminatoires.

Comme ceux dont souffre Melissa Blake, une journaliste américaine de 39 ans qui vit avec une maladie génétique rare des os et des muscles, le syndrome de Freeman-Sheldon. Son apparence, malheureusement, reflète ce handicap, et a fait l'objet de jugements lourds et cruels sur le web. De véritables actes de harcèlement auxquels Melissa a décidé de répondre la tête haute, d'une manière spéciale et bien à elle.

"Poisson-blob", "baleine", "tu devrais éviter de poster des photos parce que tu es trop moche" : ce ne sont là que quelques-unes des insultes que Melissa a reçues, d'une extrême méchanceté, après avoir écrit un éditorial pour CNN. Les auteurs ? Ces cyber-harceleurs qui infestent trop souvent les espaces virtuels, protégés par des écrans et des claviers et convaincus qu'ils peuvent étiqueter n'importe qui sans tenir compte des sentiments des autres.

Ne laissant pas les offenses qu'elle a reçues l'accabler, Blake a commencé à réfléchir à la situation et à la meilleure façon de réagir. "Bien que je sois habituée aux commentaires négatifs sur mon apparence, écrit-elle dans un article, je ne pouvais pas accepter ceux qui disaient qu'on devrait m'interdire de publier des selfies." Elle a donc réfléchi à ce qui serait la meilleure réaction contre eux et est rapidement arrivée à la conclusion : la voir circuler de manière virale sur le web.

Comment ? En prenant une année de selfies, pour les montrer fièrement à ceux qui ne pouvaient pas l'accepter pour ce qu'elle est. Tout au long de l'année 2020, Melissa a posté 366 selfies sur diverses plateformes sociales, notamment Instagram et Twitter, faisant grandir ses followers de manière exponentielle. Et, avec les personnes qui ont commencé à la suivre, sa visibilité a également augmenté. Son histoire a été relayée par divers médias dans le monde entier, la rendant célèbre et créant autour d'elle un véritable mouvement qui l'a soutenue, lui témoignant sympathie et affection.

 

Advertisement

Je me suis vite aperçue que ces selfies ne concernaient pas que moi, commente la femme. D'autres personnes porteuses d'handicap se sont identifiées à mes mots et ont commencé à faire de même". Qui a dit, en effet, que ceux qui ne reflètent pas les prétendus standards de beauté devraient presque avoir peur de se montrer en public ? Les actes de cruauté envers ceux qui sont considérés comme "différents", en plus d'être honteux, ne font qu'exacerber les problèmes de ceux qui souffrent déjà et ne sont pas toujours capables de se sentir bien dans leur peau.

L'acte de Melissa est donc libérateur, il confronte tout le monde à la réalité et donne à de nombreuses personnes l'occasion d'être entendues et vues dans toute leur prétendue "diversité". Et, bien que les cyber-harceleurs aient continué à la prendre pour cible, Melissa n'a pas l'intention de baisser les bras, convaincue plus que jamais que notre société a besoin d'un changement radical dans la façon dont nous considérons le handicap. 

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci