L'homme peut faire beaucoup de mal à son prochain, ne serait-ce qu'en suivant des ordres : l'expérience troublante de Milgram - Curioctopus.fr
x
L'homme peut faire beaucoup de mal à…
Il coupe le feuillage d'un palmier et le tronc le catapulte à l'envers : la vidéo donne la chair de poule Un photographe a plongé chaque nuit pendant 4 ans pour immortaliser un castor d'Europe sous la surface de l'eau

L'homme peut faire beaucoup de mal à son prochain, ne serait-ce qu'en suivant des ordres : l'expérience troublante de Milgram

05 Octobre 2020 • Par Baptiste
2.898
Advertisement

La psyché humaine est un mécanisme complexe, capable de proposer et de mettre en œuvre des comportements qui peuvent échapper à la logique et aller à l'encontre des principes éthiques et moraux que nous reconnaissons universellement. C'est précisément dans ces moments-là que l'on parle de méchanceté, de mal, de sadisme ou peut-être d'un désir pathologique de contrôler les autres. Mais est-il possible de blesser quelqu'un sans avoir de mauvaises intentions, peut-être "seulement" en exécutant les ordres donnés par d'autres ?

Il s'agit certainement d'une question complexe, dont la réponse ne peut être superficielle et peu motivée. L'histoire est pleine d'exemples de personnes qui ont ainsi justifié leurs méfaits, et c'est précisément sur ce point que le psychologue américain Stanley Milgram s'est interrogé quand, en 1961, il a décidé de mener sa fameuse expérience sur la méchanceté humaine.

Milgram s'est demandé si certains individus pouvaient nuire à d'autres simplement pour exécuter des ordres supérieurs après les procès contre le criminel de guerre nazi Adolf Eichmann et d'autres fonctionnaires du régime allemand qui avaient commis d'horribles méfaits contre l'humanité.

Le psychologue a recruté un certain nombre de participants à l'expérience, un échantillon d'hommes entre 20 et 50 ans issus de différents milieux sociaux. Les sujets ont été réunis avec des "expérimentateurs", des hommes qui portaient des blouses blanches pour inspirer l'autorité. Les gens pensaient que c'était une expérience pour tester les effets du châtiment corporel sur l'apprentissage.

Ainsi, dans une salle équipée d'un générateur de chocs électriques et d'une personne attachée à une chaise qui devait les recevoir en "punition", les sujets, sur proposition des expérimentateurs, essayaient de faire mémoriser des mots aux malheureux attachés à la chaise. S'ils se trompaient dans la réponse, ils recevraient des chocs de pouvoir croissants donnés par des personnes suivant les ordres des hommes en blouse.

Il est évident qu'il y avait des acteurs attachés à la chaise, qui simulaient la douleur si les réponses étaient fausses. Les personnes à qui l'on ordonnait de donner les décharges électriques ne savaient rien de la supercherie, et le but de Milgram était précisément de voir dans quelle mesure elles blesseraient les (faux) malheureux pour exécuter les ordres. Et les résultats ont été assez choquants.

Advertisement

Certains des sujets se sont rebellés, d'autres ont protesté ou ont proposé de prendre la place de la personne attachée à la chaise électrique, mais à la fin de l'expérience, 65 % d'entre eux ont obéi à l'expérimentateur sans s'y opposer. Ces personnes sont donc allées jusqu'à infliger des (faux) chocs qui pouvaient même aller jusqu'à tuer la personne qui les recevait, violant ainsi leurs principes éthiques et moraux pour exécuter de "simples" ordres supérieurs.

 

L'expérience a fait l'objet de nombreuses critiques, notamment parce que les participants avaient été "trompés" par Milgram et ses hommes. Cependant, ce qui fait encore penser aujourd'hui, c'est que la plupart des personnes étaient prêtes à faire du mal à leur prochain si quelqu'un d'autre - considéré comme plus influent - leur avait ordonné de le faire. Un concept vraiment difficile à accepter, mais il a également été confirmé par des expériences ultérieures menées par d'autres personnalités scientifiques.

Dans quelle mesure et jusqu'où est-il juste d'obéir à l'autorité, même si cela va à l'encontre de l'éthique ? C'est la question à laquelle il faut répondre, et beaucoup de gens se posent encore la question aujourd'hui. Entre-temps, l'expérimentation de Milgram a été une confirmation inquiétante et significative d'une certaine négativité à laquelle l'homme peut difficilement échapper.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci