Les scientifiques peuvent nous dire ce qui se passe dans le cerveau quand les heures ressemblent à des minutes (et inversement)

par Baptiste

30 Avril 2024

Le temps semble avoir une durée différente selon notre état d'esprit : comment est-ce possible ?
Advertisement

Comment se fait-il que lorsque nous sommes profondément concentrés sur quelque chose, les heures qui s'écoulent nous semblent n'être qu'une poignée de minutes ? Une étude se penche sur cette question et découvre ce qui se passe dans notre cerveau.

Advertisement

Concentration profonde : que se passe-t-il dans le cerveau ?

Freepik

Quand nous sommes absorbés dans la lecture d'un livre, lors d'une agréable promenade ou d'une conversation divertissante, en regardant un film que nous aimons ou dans toute autre activité en mesure de captiver complètement notre esprit, la perception du temps est altérée. Nous savons que s'ennuyer nous fait paraître les heures beaucoup plus longues qu'elles ne le sont en réalité et qu'au contraire, lorsque nous nous amusons, les minutes passent rapidement. Mais que se passe-t-il dans notre cerveau ?

Les neurosciences peuvent répondre à cette question en observant les modèles du réseau cérébral pour mieux comprendre le phénomène de la concentration profonde. Les premiers à le faire sont les scientifiques de la Georgia Tech - School of Psychology. Dolly Seeburger, auteure de l'étude, a remarqué tout au long de sa vie qu'elle aimait faire des activités qui capturaient toute son attention. "C'étaient dans ces moments-là que je me sentais le plus heureuse. Les heures passaient, mais elles semblaient être des minutes." Bien qu'il soit vrai que la concentration profonde soit essentielle pour accomplir quelque chose avec une efficacité maximale, il n'est pas encore clair comment cela se produit au niveau cérébral.

Advertisement

Fluctuations à basse fréquence entre différents réseaux du cerveau

Seeburger, diplômée en psychologie, a examiné avec son directeur de thèse, Eric Schumacher, les mécanismes cérébraux de la concentration profonde. Il s'agit de la première recherche à examiner les fluctuations à basse fréquence entre les différents réseaux cérébraux pendant cet état. "Le cerveau est dynamique, rien n'est simplement allumé ou éteint. C'est le phénomène que nous voulions étudier. Comment cela se produit-il ? Pourquoi certaines personnes parviennent-elles à maintenir leur attention mieux que d'autres ? Est-ce quelque chose qui peut être appris ?"

Dans une recherche antérieure, l'équipe a découvert qu'il existe une fluctuation naturelle de l'activité de certains réseaux cérébraux. Lorsqu'une personne n'accomplit pas une tâche qui demande sa concentration, la fluctuation se produit environ toutes les vingt secondes. Ce schéma est donc presque périodique et les auteurs voulaient mesurer la relation entre la fluctuation dans les réseaux cérébraux et celle de l'attention. Pendant que les participants à l'étude étaient dans un scanner, les auteurs ont mesuré le niveau de concentration et sa variabilité.

Rester dans la "zone" de concentration : ce que fait le cerveau

Freepik

Au moment où le niveau de concentration variait, différentes régions du cerveau se synchronisaient et se désynchronisaient. Ils ont constaté, en particulier, que le réseau de contrôle fronto-pariétal s'active lorsque quelqu'un essaie de rester concentré, tandis que le réseau par défaut est lié à une faible concentration. Lorsqu'on est dans la "zone" de concentration, comme l'appellent les chercheurs, "ces réseaux se désynchronisent. Lorsqu'on est hors de la zone, ces deux réseaux se synchronisent et sont en phase à basse fréquence", a expliqué Seeburger.

Les modèles de vingt secondes, selon les résultats, pourraient contribuer à prédire si une personne reste concentrée ou non et à favoriser le développement de stratégies visant à améliorer la capacité de concentration profonde. "Si vous mettez quelqu'un dans un scanner et que son esprit vagabonde, vous trouvez ces fluctuations presque périodiques. Elles peuvent également être trouvées chez les rongeurs et les primates. Il y a quelque chose de fondamental dans cette activité du réseau cérébral, qui répond à une question vraiment importante sur la relation entre le comportement et l'activité cérébrale." Comprendre cette relation peut conduire à de nouvelles approches pour "aider les gens à organiser leurs réseaux cérébraux de la manière la plus efficace" et donc favoriser la concentration.

Advertisement