"Nous risquons d'indicibles souffrances" : 11 000 scientifiques signent une étude sur les dangers du changement climatique - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
"Nous risquons d'indicibles souffrances"…
Il s'appelle Thor et c'est un magnifique chat Bengal dont les couleurs uniques ressemblent à celles d'un petit tigre Un homme a démonté une vieille Coccinelle Volkswagen et a créé ces originales mini-motos

"Nous risquons d'indicibles souffrances" : 11 000 scientifiques signent une étude sur les dangers du changement climatique

Par Baptiste
3.811
Advertisement

Une alliance de plus de 11 000 experts et scientifiques du monde entier a signé et publié une étude qui ressemble davantage à un ultimatum pour les autorités de la planète Terre : si nous n'apportons pas des changements rapides, profonds et durables à nos vies, écrivent-ils, nous arriverons bientôt à subir "des souffrances humaines indicibles" provoquées par les conséquences déjà graves du changement climatique. Un avertissement adressé à tous, grands et petits, plus ou moins importants : l'urgence environnementale touche déjà tout le monde et il est peut-être trop tard pour y remédier.

via: BBC
image: NPS/Flickr

Thomas Newsome, de l'Université de Sydney, avait déjà signé un document scientifique il y a deux ans sur la situation d'urgence la plus grave jamais connue, mettant en garde les autorités du monde contre les dangers imminents du changement climatique sur l'environnement de la planète Terre ; maintenant, Newsome figure à nouveau parmi les signataires de cette étude conjointe publiée dans BioScience, à laquelle ont participé des scientifiques et experts venus de 150 pays.

Cette nouvelle étude scientifique a exploré quatre décennies de données accessibles au public sur la consommation d'énergie, la température de surface, la population, la déforestation, la glace polaire, les taux de fertilité et, bien sûr, les émissions de carbone.

Évidemment, les résultats et les conclusions de l'étude publiée par les experts réaffirment l'évidence, mais soulignent aussi des données et des statistiques inquiétantes : à ce jour, la population mondiale continue d'augmenter d'environ 80 millions de personnes par an et la déforestation en Amazonie repart de nouveau à la hausse, sans parler d'éléments tels que la croissante production de viande, la perte des arbres, la hausse des naissances et la croissance des émissions de carbone. Pour arrêter les pires conséquences de la crise climatique, les auteurs affirment que nous devrons inverser ces tendances et abandonner l'utilisation des combustibles fossiles restants.

En revanche, nous devrions nous tourner vers les énergies renouvelables et les technologies de capture du carbone, passer à des aliments à base de plantes et fournir des services de planification familiale à tous, en particulier aux filles et aux jeunes femmes. Récemment, les choses ont évolué dans une direction encourageante : l'énergie éolienne et solaire a augmenté de plus de 300 % au cours de la dernière décennie et le désinvestissement des combustibles fossiles a atteint plus de 7 billions de dollars. "Alors que les choses vont mal, tout n'est pas sans espoir, nous assure Newsome, nous pouvons encore prendre des mesures pour faire face à l'urgence climatique."

On peut encore y arriver, peut-être.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci