En Norvège, ce sous-marin nucléaire coulé émet 800 000 fois plus de radiations que la normale - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
En Norvège, ce sous-marin nucléaire…
L'art dans la nature : 15 photos d'installations ingénieuses et de sculptures en plein air Au bon endroit au bon moment : 15 photos d'objets, de phénomènes et de situations inattendues

En Norvège, ce sous-marin nucléaire coulé émet 800 000 fois plus de radiations que la normale

18.554
Advertisement

Le K-278 Komsomolec était un sous-marin d'attaque nucléaire de la marine soviétique entré en service dans les années 1980. Il a été produit pour tester des technologies avancées et fonctionner à des profondeurs supérieures à mille mètres.

Suite à un incendie, le 7 avril 1989, ce sous-marin géant, long de 117 mètres et large de 10 mètres, a coulé en mer de Norvège, à quelques centaines de kilomètres au nord de la ville de Tromsø. Avec lui, il a également emmené les 42 membres de l'équipage dans les profondeurs. Depuis lors, il fait l'objet d'un suivi annuel. Les données recueillies en 2019 sont toutefois alarmantes.

via: BBC

Lorsque le Komsomolec a coulé il y a plus de 30 ans, il a atteint une profondeur de plus de 1 700 mètres. En tant que sous-marin nucléaire, la surveillance est essentielle. Jusqu'en 2018, il n'y avait pas d'alarme, mais depuis 2019 quelque chose a changé : la Norvège a décidé d'utiliser un nouvel appareil – appelé Aegir6000 – pour analyser l'épave. Cet instrument a révélé que le sous-marin émet des radiations 800 000 fois plus élevées que les niveaux normaux observés dans d'autres régions de la mer de Norvège.

Ceci a été annoncé par l'autorité norvégienne pour la sûreté nucléaire et l'énergie atomique, par la voix de la coordinatrice de la recherche, Hilde Elise Heldal, de l'Institut norvégien de recherche marine.

image: RT/Youtube

Selon l'experte, les niveaux de radioactivité du sous-marin sont incroyablement élevés, mais pas alarmants : le rayonnement émis par l'épave, selon les chercheurs, ne présente aucun danger pour l'homme ni pour le peu de poissons qui nagent dans la zone.

Advertisement
image: RT/Youtube

Selon le journal russe Moscow Times, l'échantillon avec le pourcentage le plus élevé de radioactivité a été prélevé près d'un trou de ventilation d'où jaillit parfois "un mystérieux nuage de poussière". Le journal de la capitale russe a également rapporté que, selon les scientifiques, ce trou de ventilation pourrait être en contact direct avec le réacteur à l'intérieur de l'épave.

image: RT/Youtube

Bien que les autorités aient rassuré à plusieurs reprises à ce sujet, il est à espérer que toute menace pour la nature et les habitants de la région pourra être évitée.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci