Une étude confirme qu'il pleut du plastique dans les Rocheuses aux États-Unis - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Une étude confirme qu'il pleut du plastique…
Un nuage chimique pour contrôler le réchauffement climatique : lumières et ombres du projet scientifique La première piste cyclable en plastique recyclé a été ouverte en Hollande : elle est résistante et 100% verte

Une étude confirme qu'il pleut du plastique dans les Rocheuses aux États-Unis

1.909
Advertisement

Cela peut sembler étonnant, mais il pleut du plastique dans certaines parties du monde. C'est le résultat incontestable de certaines études scientifiques qui ont porté sur des zones naturelles des États-Unis, où le chercheur américain George Wetherbee a découvert des traces de ce matériau non biodégradable dans la vaste région des Rocheuses. Selon l'étude publiée par le scientifique américain, nous devrions nous inquiéter sérieusement car c'est une ultérieure sonnette d'alarme des effets négatifs du changement climatique.

image: Max Pixel

Alors que Wetherbee cherchait des traces d'azote dans certains échantillons d'eau de pluie, il a découvert des traces inattendues de microplastiques, signe que le problème de la pollution environnementale et du changement climatique est plus grave qu'il n'y paraît et que le plastique se trouve dans l'air et dans l'environnement et même dans la pluie.

La présence de micro-plastiques dans l'air et dans l'eau est le résultat de la désintégration puis de la transformation en particules des 90% du plastique non recyclé de la planète ; ces particules voyagent alors sur des centaines de milliers de kilomètres et deviennent ensuite partie intégrante de l'eau dans l'atmosphère, sous toutes ses formes.

Selon les experts, seulement 1% du plastique non recyclé dans notre environnement a été identifié et ramassé, en particulier celui déposé au fond de nos mers et océans ; il faudra des siècles pour éliminer ce nombre énorme de matières non biodégradables sur la planète Terre. Mais peut-être, en choisissant le moindre des maux, devrions-nous faire urgemment quelque chose de concret pour imaginer un monde meilleur pour tous dans un avenir immédiat.

Source:

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci