Une période de sécheresse fait apparaître un mystérieux édifice datant d'il y a 3 400 ans - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Une période de sécheresse fait apparaître…
Cet homme a sauvé la vie de plus de 200 personnes en les convainquant de ne pas se jeter du pont 12 habitudes quotidiennes que vous devriez éliminer de votre routine quotidienne

Une période de sécheresse fait apparaître un mystérieux édifice datant d'il y a 3 400 ans

2.915
Advertisement

Il pourrait s'agir de l'une des découvertes archéologiques les plus importantes des dernières décennies, qui s'est dévoilée d'une manière totalement imprévue et, pour cette raison, absolument fascinante.

Nous parlons des ruines d'un palais majestueux qui daterait d'il y a environ 3400 ans et qui sont redevenues visibles en raison d'une longue période de sécheresse en Irak, précisément dans la région du Kurdistan. Ici, dans le bassin du barrage de Mossoul, le niveau d'eau du Tigre est tombé si bas qu'il a révélé tout ce que de précieux il cachait. Voyons cela en détails.

via: CNN

En plus d'être insolite, cette découverte serait un moyen très précieux d'obtenir des informations sur le royaume du Mitanni, l'un des empires les moins connus du Moyen-Orient, qui occuperait la région vers la seconde moitié du deuxième siècle av. J.-C.

Les fouilles ont été menées par un groupe d'archéologues allemands de l'Université de Tübingen et d'autres collègues kurdes et irakiens. La grandeur du palais s'est immédiatement affichée aux yeux des chercheurs. Des murs de 2 mètres d'épaisseur et de 7 mètres de hauteur, pour un total de 1 850 mètres carrés, n'ont laissé aucun doute sur l'importance de la structure à l'époque. Incroyable était aussi ce qu'on trouvait à l'intérieur.

Dans les dix pièces du complexe, les sols ont été réalisés de briques coulées et isolantes, et l'on a également découvert des tablettes cunéiformes – avec des inscriptions pas encore traduites – et d'autres fascinants témoignages artistiques.

Parmi celles-ci, la plus importante est peut-être celle qui concerne les fresques et les peintures murales. Des tons vifs de rouge et de bleu sont encore visibles sur les pierres et, selon Ivana Puljiz de l'Université de Tübingen, ce sont les caractéristiques typiques des palais de l'époque. Rarement, cependant, ils ont été retrouvés préservés, c'est pourquoi nous avons ici affaire à une découverte sensationnelle.

D'après le peu de choses que l'on sait sur la civilisation Mitanni, le palais découvert serait connu sous le nom de Kemune, probablement une partie de l'ancienne ville de Zakhiku, dont les traces ont déjà été vues dans divers documents anciens. Cependant, c'est la traduction des tablettes retrouvées à l'intérieur de la grande structure qui nous en dira plus sur les caractéristiques et la structure sociale de cette population mésopotamienne.

Advertisement

Les fouilles archéologiques n'ont pas duré longtemps, précisément à cause de l'endroit où le palais a été enterré. Avec l'élévation du niveau de l'eau dans le bassin, certaines parties de la structure ont de nouveau été submergées et, selon les spécialistes, il est très difficile de prédire quand elles referont surface.

Il n'en demeure pas moins qu'il n'arrive pas tous les jours de trouver des preuves historiques de ce genre. L'aura de mystère dont elles sont imprégnées et le peu d'informations que nous possédons sur leur bâtisseur rendent certainement tout cela fascinant.

En attendant d'en savoir plus, peut-être lorsque Kemune réapparaîtra, on se demande combien de vestiges historiques sont encore cachées ou submergées, qui peuvent nous raconter des pans inconnus de notre histoire...

image: Facebook
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci