Plus de 70 ans après la fin de la guerre, la Grèce réclame des dommages à l'Allemagne - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Plus de 70 ans après la fin de la guerre,…
La façade de cette église de Naples cache un secret enfoui depuis des siècles : une étude nous le révèle Le parc du Keukenhof aux Pays-Bas : 4 millions de tulipes en fleurs font vibrer les touristes du monde entier

Plus de 70 ans après la fin de la guerre, la Grèce réclame des dommages à l'Allemagne

1.217
Advertisement

Dans n'importe quel livre d'histoire aujourd'hui, il est possible de savoir ce qui s'est passé depuis 1939 et ce que de nombreuses personnes âgées peuvent encore témoigner : le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale.

Bien qu'il y ait beaucoup plus de pages consacrées aux faits historiques plus récents, le chapitre est loin d'être clos : non seulement certaines villes montrent encore des signes de la guerre, mais certains pays réclament une indemnisation, à leur avis jamais obtenue, pour les dommages causés pendant les conflits par les délinquants.

C'est le cas de la Grèce, qui demande maintenant à l'Allemagne de régler toutes ses dettes de compensation historique et morale, plus de 70 ans après sa libération de l'occupation nazie.

C'est en 1941 que les forces armées allemandes envahissent la Grèce pour soutenir leur allié italien, coincé depuis des mois dans un conflit difficile contre l'armée grecque.

L'intervention allemande fut comme d'habitude impitoyable et indifférente à la présence des civils, hommes, femmes et enfants : l'invasion nazie dura environ 3 ans, jusqu'en 1944, lorsque les troupes de l'Axe furent obligées de se retirer sous la pression des Alliés - mais la libération officielle de la Grèce remonte à 1945, lorsque la Crête et les autres îles Egéennes furent aussi abandonnées.

Mais plus de 70 ans plus tard, et malgré les traités de paix qui ont suivi la guerre, visant à "lisser" toutes les tensions dans l'espace européen, la question semble loin d'être réglée. La Grèce a récemment rejoint les pays qui affirment qu'ils doivent encore recevoir l'indemnisation historique et morale de la part l'Allemagne.

Par le biais d'une motion parlementaire votée à une large majorité, la Grèce a décidé d'engager des procédures officielles pour contester la dette impayée de l'Allemagne de 290 milliards d'euros : un chiffre calculé sur la base de l'ampleur des destructions et massacres perpétrés par le IIIe Reich lors de l'invasion du territoire grec.

Advertisement

"La demande d'indemnisation est pour nous un devoir historique et moral", a déclaré le Premier ministre grec Alexis Tsipras au Parlement, lors de la discussion sur la mesure contre l'Allemagne.

L'Allemagne, pour sa part, rejette toute accusation, même si elle reconnaît "les dommages et les souffrances l'Allemagne et les Allemands ont infligées à la Grèce à l'époque du national-socialisme", selon les termes du porte-parole du Chancelier, Steffen Seibert. Selon le gouvernement allemand, tout aurait été réglementé à l'époque par le traité 2+4 de 1990, où il a été établi l'inexistence de dettes autres que celles déjà réglées.

image: pixabay

La question est loin d'être simple, à tel point que même les historiens et les juristes se contredisent, alors qu'il existe une possibilité d'appel devant le Tribunal de La Haye si la décision grecque devait poursuivre son chemin.

Pour beaucoup, les turbulences qui ne se sont jamais complètement apaisées dans la zone euro sont le résultat d'une réparation hâtive pour des dommages trop importants, comme ceux laissés par la Seconde Guerre mondiale : il ne suffit pas de signer des traités, de serrer la main des dirigeants et de verser des sommes exorbitantes pour effacer les blessures profondes que seul un conflit guidé par la folie peut causer.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci