Les personnes les plus intelligentes vivent plus longtemps, mais sont plus prédisposées à l'anxiété : une nouvelle étude révèle le lien

Baptiste

20 Juillet 2018

Les personnes les plus intelligentes vivent plus longtemps, mais sont plus prédisposées à l'anxiété : une nouvelle étude révèle le lien
Advertisement

Pour la science, l'intelligence a une connotation beaucoup plus complexe que l'on ne le pense. En particulier, les scientifiques s'efforcent d'identifier exactement les gènes qui s'expriment dans un esprit brillant.

L'étude, publiée dans la prestigieuse revue Nature Genetics, met en lumière certains aspects intéressants, comme le fait qu'être intelligent signifie aussi être prédisposé à la dépression, aux formes d'autisme et à l'anxiété.

Advertisement

Être intelligent est une arme à double tranchant.

Être intelligent est une arme à double tranchant.

pixabay.com

L'étude montre que les plus intelligents vivent plus longtemps, mais certains des gènes qui se cachent derrière un brillant esprit peuvent aussi conduire à l'autisme, à l'anxiété et à la dépression.

Les universitaires savaient déjà que parler d'intelligence, c'est considérer une multiplicité de facteurs, allant de ceux éréditaires à ceux environnementaux (l'éducation que nous recevons, l'environnement dans lequel nous vivons, les rapports avec les gens). Mais découvrir exactement les gènes derrière l'intelligence est une entreprise qui occupe les chercheurs depuis des années.

Advertisement

L'intelligence est une forme de protection contre la maladie d'Alzheimer, mais c'est aussi un plus grand risque pour l'autisme.

L'intelligence est une forme de protection contre la maladie d'Alzheimer, mais c'est aussi un plus grand risque pour l'autisme.

pixabay.com

La recherche a mis en évidence le fait qu'avoir de fortes aptitudes cognitives a des effets importants sur la santé : pour le meilleur ou pour le pire. En effet, les personnes considérées comme intelligentes sont prédisposées à vivre plus longtemps, sans Alzheimer, sans troubles de l'attention ou formes de schizophrénie. L'hypothèse selon laquelle l'intelligence joue un rôle protecteur contre ces conditions est donc confirmée.

En même temps, un lien entre l'intelligence et un risque accru d'autisme est également mis en évidence.

Danielle Posthuma, auteure de la recherche, déclare : "Connaître les mécanismes au niveau cellulaire facilite l'identification des principes qui peuvent être utilisés pour les médicaments". Savoir quels gènes sont liés à l'intelligence offre plus d'indices sur les nouvelles façons de protéger les êtres humains contre la maladie d'Alzheimer et d'autres troubles.

Sources:

Advertisement