Une protéine à la base du diabète de type 2: la transmission entre hommes comme pour la vache folle - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Une protéine à la base du diabète…
16 images incroyables de mères et de filles qui semblent avoir le même âge. 10 superbes maisons cachées de la vue des passants

Une protéine à la base du diabète de type 2: la transmission entre hommes comme pour la vache folle

2.759
Advertisement

Le diabète, qu'il soit de type 1 ou de type 2, est aujourd'hui un problème mondial: au monde, elle touche désormais 1 milliard de personnes qui souffrent de cette maladie, à propos de laquelle il y a encore beaucoup à découvrir. Une diffusion si répandue que les scientifiques ne peuvent pas l'attribuer seulement à la génétique et aux facteurs environnementaux. Il n'y a pas de preuve justifiant la croissance de cette importante maladie. À cet égard, des chercheurs de l'Université du Texas ont émis une hypothèse qui devrait ouvrir la voie à de nouveaux scénarios.

Des chercheurs ont étudié la possibilité que le diabète de type 2 puisse être contracté à la suite de transfusions sanguines, de transplantations ou même être transféré au fœtus avant la naissance.

image: Victor/Flickr

A la base il pourrait y avoir du sang contaminé en contact avec des personnes en bonne santé. Mais contaminé par quoi? Apparemment par une protéine au comportement anormal. Il est clair que l'infection ne fonctionne pas comme une grippe: il y a d'autres conditions qui doivent se produire pour contracter la maladie.

Des chercheurs de l'Université du Texas ont remarqué un dépôt anormal de protéines chez 90 % des patients atteints de diabète de type 2. Les protéines ont été malformées dans leur forme tridimensionnelle: lorsqu'elles présentent une telle anomalie, les protéines ne peuvent pas jouer leur rôle, ce qui entraîne une accumulation.

Les scientifiques, curieux de la présence de cette anomalie protéique, ont ensuite effectué un test sur des cobayes de laboratoire: ils ont essentiellement injecté de petites quantités de la protéine malformée dans des souris saines. Au début, des dépôts de cette protéine ont été générés, et après quelques semaines, les souris présentaient les symptômes caractéristiques du diabète de type 2.

La modalité de diffusion est très semblable à une maladie contre laquelle nous avons dû combattre il y a quelques années: la maladie de la vache folle. Dans ce cas aussi, tout part d'une protéine malformée qui est transmise à des individus sains.

"Nous avons vu comment nous ne pouvons provoquer la maladie qu'en administrant cet agrégat de protéines", a résumé Claudio Soto, responsable de la recherche.

Mais l'Université tient à casser les mythes et l'alarmisme: malgré cette possibilité, encore à examiner, le diabète de type 2 est loin d'être défini comme une maladie contagieuse.

L'étude, publiée dans The Journal of Experimental Medicine, ouvre de nouveaux scénarios: en plus d'encourager de nouvelles études sur cette découverte, la recherche permet de mieux étudier les thérapies possibles et les facteurs de risque.

Le diabète est un problème important qui, malgré les résultats remarquables obtenus pendant ces dernières années, est encore trop peu traité: l'incidence sur la population mondiale est trop élevée et nous devons vraiment comprendre ce qui se cache derrière cette maladie.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci