Comment aider un enfant à réagir face à l'harcèlement scolaire sans recourir à la violence - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Comment aider un enfant à réagir face…
12 fascinantes «cicatrices» laissées par le passage inexorable du temps 17 cousins dans une photo: ce cliché montre toute la joie des familles nombreuses

Comment aider un enfant à réagir face à l'harcèlement scolaire sans recourir à la violence

2.398
Advertisement

Imaginez la scène: allez prendre votre enfant à l'école et sur le chemin du retour, il vous raconte sa journée. "Aujourd'hui, Untel m'a appelé stupide", "aujourd'hui L'autre s'est moqué de moi", "Mes compagnons se fichent de moi à cause des lunettes" ... De telles situations se produisent toujours et à tous les âges, mais les plus petits (d'habitude) ont moins de capacité à se défendre contre ces «attaques». Comment leur apprendre à réagir sans tomber dans l’écueil de l'agressivité? Voici quelques indications utiles.

 

Quatre conseils utiles pour aider votre enfant à tenir tête aux autres sans recourir à l'agressivité

image: Graphic Stock

Tous les enfants n'ont pas la capacité ou le caractère nécessaire pour répondre à leurs pairs qui les critiquent. Qu'est-ce que nous pouvons faire, nous les adultes, alors, pour les aider à ne pas baisser leur regard, blessés, ou pour les empêcher de réagir à l'offense par l'agressivité? Voici des conseils qui pourraient vous être utiles.

  • Écoutez et montrez de l'attention à ce que votre enfant vous raconte: ne faites pas l'erreur de le laisser parler sans démontrer qu'un certain épisode, pour lui douloureux, ne représente pour vous que quelque chose de superficiel. Demandez-lui d'expliquer ce qui s'est passé et comment il s'est comporté, ainsi, avec à ses yeux, vous comprendrez l'importance au fait, mais vous comprendrez aussi si l'autre a été vraiment le seul à mal se comporter...
  • Aidez l'enfant à comprendre ses propres émotions: l'encourager à exprimer verbalement ce qu'un fait a provoqué en lui car c'est un moyen d'apaiser sa colère/déception/tristesse.
  • L'encourager à défendre sa position: l'enfant ne doit pas avoir «peur» de dire non, de ne pas prendre part à un jeu qu'il n'aime pas ou d'exprimer son refus. Dans le cas des moqueries, expliquez que parfois un peu d'indifférence vers les provocations des compagnons ne doit pas être exclue. Ensuite, s'il ne parvient pas à interrompre le cycle de moquerie des autres, contactez un adulte est justifiable.
  • Aidez-le à cultiver l'estime de soi: cela est possible grâce à des mots de soutien et d'encouragement (quand c'est mérité!), et en prévoyant des activités parascolaires qui l'aident à gérer ses insécurités et à sortir son caractère. Parmi les plus appropriés pour atteindre cet objectif, il y a le théâtre et les arts martiaux.

Bien sûr, les moqueries à l'école sont quelque chose de commun, que nous avons tous du affronter sans que cela cause trop de dégâts. Mais face à la tendance d'un harcèlement de plus en plus lourd, rester proche de ses enfants et leur faire comprendre que se défendre (avec intelligence) est important n'est pas un aspect à sous-estimer.

 

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci