Le Massacre Oublié De Nankin : L'une Des Pages Les Plus Violentes De L'Histoire Que Peu Connaissent En Occident - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Le Massacre Oublié De Nankin : L'une…
Cette femme a inventé le concept de franchise 50 ans avant McDonald's mais aussi le salon de beauté moderne 5 maladies rares qui existent vraiment et qui font de l'homme un super-héros

Le Massacre Oublié De Nankin : L'une Des Pages Les Plus Violentes De L'Histoire Que Peu Connaissent En Occident

10.226
Advertisement

Dans l'histoire, la distance a souvent joué un rôle important dans la diffusion des nouvelles, en particulier en donnant moins d'importance à celles qui se produisaient loin de l'Occident : c'est pourquoi le massacre de Nankin est aujourd'hui très peu connu et les livres scolaires ne l'évoquent pas. Et pourtant, il s'agit de l'un des massacres les plus brutaux et les plus fous que l'homme ait jamais commis pendant une guerre.

Alors que l'Europe était encore en pleine Seconde Guerre mondiale, la Chine subissait l'une des attaques les plus violentes d'une armée étrangère.

En 1937, le Japon envahit le territoire chinois avec l'intention d'étendre le règne de l'empereur Hirohito au détriment de la Chine. Les troupes japonaises se sont d'abord introduites dans les petites villes, puis se sont installées dans la capitale, puis à Nankin. Au cours de leurs déplacements, l'armée de l'empereur semait la terreur et accomplissait des actes de violence inhumaine : les témoignages de l'époque parlent de pillages, d'incendies, de décapitations, de viols de femmes, de personnes âgées et de filles, de femmes enceintes mutilées et de personnes enterrées vivantes. 

Image : un jeune Chinois est sur le point d'être exécuté après avoir refusé de trouver des femmes pour les militaires japonais.

Le nombre de victimes fait toujours l'objet d'un débat entre le Japon et la Chine : cette dernière prétend qu'il y a eu 300 000 victimes, par rapport aux quelques centaines de victimes soutenues par les Japonais.

Cependant, les photographies de l'époque et les nouvelles dans les journaux locaux reflètent une situation beaucoup plus proche de celle évoquée par la Chine : il semble que l'armée japonaise se nourrissait de violence et d'assassinats. Le fait d'avoir eu le feu vert sur toutes sortes de violence lui a donné un sens du pouvoir déraisonné.

Image : le général japonais Iwane Matsui, l'un des auteurs du massacre

Advertisement

Les attaques féroces se sont rapidement élargies à tous les civils que les troupes japonaises rencontraient sur leur chemin : il existe de nombreuses photos qui documentent les meurtres de paysans non armés.

Le massacre de Nankin fait partie des développements compliqués de la guerre sino-japonaise, l'un des affrontements les plus féroces entre les deux pays, qui s'est terminé le 2 septembre 1945 par la reddition inconditionnelle du Japon : bien que vainqueur, la Chine s'est retrouvée déchirée et choquée par la violence subie. Tout cela a contribué à alimenter le nationalisme chinois qui en a découlé.

Image : 15 000 soldats chinois capturés par les Japonais comme prisonniers de guerre. Probablement, aucun d'entre eux n'a été épargné.

Ce qui a aussi rendu l'attaque de Nanjing dévastatrice, c'est le grand nombre de personnes vivant dans les campagnes périphériques qui, effrayées par l'arrivée de l'ennemi, ont afflué dans la capitale à la recherche de salut.

Ici, à Nankin, ils ont trouvé une mort atroce : les violences les plus brutales se sont produites pendant les six semaines qui ont suivi la conquête de la ville, au cours desquelles les Japonais tuaient les hommes de la manière la plus impensable (la décapitation était fréquente), ils attachaient des jeunes femmes dans la rue pour les mettre à la disposition de l'armée japonaise. Même les enfants n'étaient pas épargnés : leurs corps ont été retrouvés mutilés et empilés dans des fosses communes.

Photo : perquisition par les Japonais de soldats chinois.

De nombreux officiers japonais responsables du massacre ont été jugés et condamnés à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais beaucoup d'autres ont réussi à s'en tirer sans jamais payer pour les milliers de victimes qu'ils ont causées.

Photo: des hommes sont enterrés vivants dans une fosse.

Advertisement

Malgré l'évidence des événements tragiques évidents, de nombreux Japonais nient encore aujourd'hui ce massacre : la population est clairement divisée à ce sujet.

Le gouvernement japonais, à la fin du conflit, s'est excusé auprès de la Chine verbalement et jamais par écrit, ce qui serait souhaitable dans de tels cas.

Image : un homme sur le point d'être tué.

Malheureusement, on en sait trop peu sur le massacre de Nanjing, et pourtant, sa violence est aussi intolérable que beaucoup d'autres massacres et génocides davantage connus en Occident.

Le massacre de Nankin a commencé en décembre 1937 et s'est terminé en mars 1938.

Image : coupure de presse citant la compétition folle entre deux soldats japonais : le vainqueur était celui qui réussissait à tuer 100 Chinois en un minimum de temps.

Tags: JaponHistoire
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci