"Arrêtez de me demander quand je deviendrai maman" : le message sincère et amer d'une trentenaire - Curioctopus.fr
x
"Arrêtez de me demander quand je deviendrai…
Des tenues classiques ? Non, merci : 20 des robes les plus excentriques et de mauvais goût portées à un mariage 20 photos de personnes sur les sites de rencontres russes devant lesquelles on ne sait pas si on doit rire ou pleurer

"Arrêtez de me demander quand je deviendrai maman" : le message sincère et amer d'une trentenaire

12 Avril 2021 • Par Baptiste
2.583
Advertisement

Beaucoup de jeunes femmes le savent bien : lorsqu'elles atteignent un certain âge, une grande partie des discussions et des interactions sociales que l'on a jour après jour avec les amis et les parents se concentrent sur la question fatidique "alors, quand vas-tu avoir un enfant ?". Souvent, ces questions ne sont pas posées dans le but d'agacer ou par malice, mais plutôt par des attitudes qui semblent dictées par des conventions sociales dont il est difficile de se défaire.

Mélanie Berliet, une jeune femme qui, à 34 ans, a décidé de rendre public son coup de gueule sur ce même sujet, en sait aussi quelque chose. "Il est temps d'arrêter de harceler les femmes trentenaires sur leur horloge biologique", commence-t-elle en parlant d'elle-même et en expliquant pourquoi la pression sociale - même involontaire - qui dicte presque de fonder une famille devient souvent insupportable.

"J'ai 34 ans et je suis à l'aube de cette période difficile dont semblent dépendre tant de statistiques de grossesse largement acceptées", écrit Melanie. La jeune femme a raconté que même les personnes les plus intimes ne peuvent parfois pas s'empêcher de lui demander des nouvelles sur l'éternelle question de la maternité. Et cela, selon la femme, est si récurrent que cela se produit souvent sans aucune malice ou intention négative.

"Quand est-ce que tu vas avoir un bébé ? Quand vas-tu devenir maman ?" sont les questions récurrentes de ceux qui, pour Mélanie, "ne manquent jamais une occasion de rappeler que mon horloge biologique tourne à chaque seconde".

"Les professionnels de la santé, les spécialistes de la fertilité, les croyances communes et les membres bien intentionnés de la famille affirment tous que la 35e année de vie est le moment où les ovules d'une femme deviennent moins viables. Si vous avez la chance de tomber enceinte à un âge aussi "tardif", tout le monde semble presque se moquer ou vous plaindre des risques pour votre santé ou celle de votre bébé." Le discours sincère de Mélanie se poursuit en ces termes, nous donnant une perspective intéressante à considérer.

Advertisement

"Je ne peux pas échapper à l'horrible sentiment que si je ne tombe pas enceinte dans les 12 prochains mois, je n'aurai pas la chance de mener une grossesse à terme, mais le fait est que je ne suis pas encore prête", a-t-elle déclaré. Fatiguée du "terrorisme psychologique" que les femmes trentenaires reçoivent à propos de la nécessité de procréer, Mélanie a fait passer un message auquel beaucoup de femmes de son âge peuvent s'identifier.

"Si le bon moment pour une grossesse n'arrive jamais, est-il si fou de penser qu'une femme n'est peut-être pas faite pour la maternité ?" a ajouté la femme, réfléchissant au fait qu'une décision aussi importante que de mettre un enfant au monde, si elle est prise sans conviction ou à contrecœur, ne peut que faire du mal. Elle conclut : "Si nous pouvions tous cesser de faire pression sur les femmes au sujet de la maternité, quel que soit leur âge, le monde serait meilleur, du moins pour moi."

Que pensez-vous de ces réflexions ? Y a-t-il vraiment toute cette pression sociale sur les trentenaires pour devenir mères ? Devrions-nous cesser, comme le dit Mélanie, de les "harceler" sur le sujet ? Dites-le nous dans les commentaires.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci