"Je suis en train de perdre ma santé mentale et physique" : la pensée d'une enseignante qui quitte l'école après 12 ans - Curioctopus.fr
x
"Je suis en train de perdre ma santé…
19 images montrant les façons les plus folles et les plus spectaculaires de transporter des objets Vous ne devriez pas rendre visite à une femme qui vient d'accoucher : une maman épuisée explique pourquoi

"Je suis en train de perdre ma santé mentale et physique" : la pensée d'une enseignante qui quitte l'école après 12 ans

09 Mars 2021 • Par Baptiste
4.714
Advertisement

L'enseignement est bien plus qu'un simple métier : ce devrait être une véritable vocation. C'est pourquoi il ne convient pas à tout le monde, car si on peut construire de grandes choses et avoir des élèves formidables, même la personne la plus motivée du monde peut changer d'avis.

C'est ce que démontre Jessica Gentry, une maîtresse de maternelle américaine de 34 ans qui, après douze longues années de bons et loyaux services, a décidé de publier son point de vue sur le sujet de l'enseignement. Son épanchement extrêmement sincère sur les raisons qui l'ont amenée à tout arrêter a suscité des milliers de réactions, et c'est pourquoi il est intéressant d'en savoir plus à ce sujet.

Auriez-vous le courage de laisser derrière vous la profession que vous avez toujours exercée et aimée, avec passion et dévouement ? Dans le cas de Jessica, c'était exactement comme ça : la jeune enseignante n'a pas renoncé à un emploi saisonnier ou de passage, mais à toute une carrière. Les raisons ? Beaucoup plus complexe que nous le pensons, que nous soyons d'accord ou non avec elles.

Commençons par dire que ce n'était pas un choix dicté par l'aspect économique. Tout d'abord, Jessica ne sera plus enseignante à cause des parents : selon elle, ce ne sont pas les enfants qui ont changé, mais les parents qui ont modifié leur comportement vis-à-vis de leurs enfants. Travail, réseaux sociaux, échanges de plus en plus virtuels et limités : la situation n'est plus ce qu'elle était il y a des années, ce qui a inévitablement eu des répercussions sur les enfants et l'école.

À propos de la relation des enfants avec la technologie, Gentry a poursuivi en disant que "même l'école, de plus en plus technologisée et désireuse de faire devenir les enfants technologiques, contribue à faire oublier les bases des relations humaines et de l'apprentissage". Il est difficile de lui donner tort sur cet aspect : il suffit de regarder autour de soi pour constater que de plus en plus d'enfants, même très jeunes, ont accès à des appareils qui, au final et selon de nombreuses études, causent des dégâts.

 

Advertisement

Ces mêmes écoles, selon Jessica, estiment qu'elles ont raison d'investir et de tout miser sur le progrès technologique, même si cela enlève du temps à l'enseignement "classique" en face à face, celui qui se fait en classe et sans l'utilisation d'appareils électroniques.

Dans tout cela, la relation enseignant-parent devient de plus en plus complexe et inégale. "Nous, les enseignants, sommes trop au service des parents. J'en suis arrivée à un point où j'ai des parents qui me critiquent sévèrement pour avoir dit non à leurs enfants, me disant que je ne devrais le faire sous aucun prétexte".

Toutes ces motivations ont conduit Jessica Gentry à vivre une véritable dépression mentale et physique. Un engagement sans reconnaissance, la frustration conduisent au stress, surtout lorsque l'on ne reçoit pas de soutien, même pas de la part des collègues ou des supérieurs. C'est pourquoi, malgré son énorme passion, son dévouement et son honnêteté, Jessica a décidé de baisser les bras. Ce n'est pas seulement une défaite personnelle, mais aussi une défaite pour l'enseignement en général, car cette femme de 34 ans n'est certainement pas la seule à ressentir cela.

En témoignent les milliers de réactions que la publication a reçues, la plupart d'entre elles en faveur de Jessica Gentry. Un soutien si fort qu'il motive la jeune femme à donner la parole à de nombreux autres enseignants comme elle, dans l'espoir de créer un véritable changement.

Que pensez-vous de la pensée de cette maîtresse ? Le système scolaire vit-il les conditions qu'elle décrit ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci