Un extérieur désolé, un sous-sol peuplé : dans cette ville australienne, les gens vivent dans un dense réseau souterrain - Curioctopus.fr
x
Un extérieur désolé, un sous-sol…
Une enseignante retire 15 femmes montrent la différence insurmontable entre

Un extérieur désolé, un sous-sol peuplé : dans cette ville australienne, les gens vivent dans un dense réseau souterrain

13 Janvier 2021 • Par Baptiste
25.719
Advertisement

Lorsque l'on arrive dans la ville australienne de Coober Pedy, il est facile de s'émerveiller devant sa désolation. Le peu de structures dispersées et un climat hostile en été comme en hiver donnent l'impression que ce lieu est l'un de ces centres presque oubliés du monde.

Pourtant, quelque 3 500 personnes vivent ici, dont environ 1 700 sont des résidents permanents, appartenant à pas moins de 45 nationalités différentes. Et ce n'est pas tout : Coober Pedy est le plus grand centre mondial d'extraction de l'opale, un minéral dont le sous-sol est très riche. Alors comment est-il possible que, de l'extérieur, la ville semble presque inhabité ? La réponse est aussi évidente qu'incroyable : la quasi-totalité de ses habitants vivent... sous terre !

Cette ville est située dans une zone désertique du sud de l'Australie, à 850 km d'Adélaïde, un de ces endroits pour lesquels le pays est célèbre, et qui serait difficile à concevoir pour qui est né et vit dans des zones densément peuplées.

Un climat torride en été et très froid en hiver, un isolement géographique, mais une grande richesse minérale. La précieuse opale - dont 97% de la production mondiale se trouve en Australie - est ce qui rend cet endroit si spécial. Les hommes qui ont commencé à l'extraire et à l'exploiter au début du XXe siècle n'avaient donc pas d'autre choix que de se réfugier sous terre pour survivre.

Advertisement

Compte tenu de la chaleur qui règne ici, il est très difficile de croire que Coober Pedy, il y a 150 millions d'années, se trouvait au fond d'une énorme étendue d'eau océanique. Pourtant, c'était le cas, et c'est précisément la raison pour laquelle une richesse minérale unique réside dans le sous-sol aujourd'hui.

 

Fondée en 1915, Coober Pedy doit son nom au terme autochtone kupa-piti qui, selon les sources, signifie soit "puits d'eau", soit "trou dans le sol", soit "trou de l'homme blanc". Il n'en reste pas moins que c'est ici, en 1915, que Willie Hutchinson, âgé de 14 ans, a découvert la première opale.

Cependant, vivre dans ces conditions climatiques était pour la plupart insoutenable. C'est pourquoi les habitants ont commencé à se réfugier sous terre, creusant de plus en plus jusqu'à créer de véritables grottes creusées dans le grès. Ces créations sont devenues, au fil des ans, les maisons de ceux qui vivent à Coober Pedy. Sous terre, il était non seulement plus facile de faire face aux conditions atmosphériques, mais il était également possible de profiter d'une température constante et de ne pas se retrouver au milieu des tempêtes de sable dévastatrices qui sévissent souvent dans la zone.

 

Advertisement

Pas de climatisation et presque pas de frais d'entretien, donc, pour un réseau de tunnels et d'environnements souterrains qui donnerait des idées à un système de transport souterrain d'une ville moderne.

 

Bien sûr, parmi les habitations souterraines se trouvent les entrées des mines d'opale, ce qui rend cet endroit pour le moins unique.

Advertisement

Cependant, malgré ses caractéristiques extrêmes, Coober Pedy offre également plusieurs commodités. Des écoles aux hôtels, en passant par les églises, les bijouteries, les musées, les librairies et même une piscine : tout est strictement "enterré".

Un véritable décor dystopique, qui est certainement capable de susciter la curiosité et peut-être même l'appréhension de nombreuses personnes.

Advertisement

Bien sûr, Coober Pedy n'est pas le meilleur endroit pour ceux qui souffrent de claustrophobie, mais avouons-le : un endroit comme celui-ci est vraiment fascinant, pour le meilleur et pour le pire.

Seriez-vous prêt à y faire un tour ou à y séjourner ?

 

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci