40 000 euros pour un voyage à la recherche d'ours polaires à tuer : l'offre macabre de certains "tour opérateurs" - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
40 000 euros pour un voyage à la recherche…
La jolie maison a été mise en vente à un prix attractif, mais les photos sont plus surréalistes les unes que les autres Un chaton abandonné est

40 000 euros pour un voyage à la recherche d'ours polaires à tuer : l'offre macabre de certains "tour opérateurs"

Par Baptiste
2.034
Advertisement

Il semble parfois que l'homme ne cesse d'inventer de nouvelles et cruelles façons de faire du tort à la nature qui l'entoure et aux créatures qui la peuplent. Au nom d'une "supériorité" certaine et présumée, il ne manque pas de personnes qui, malgré les luttes, la prise de conscience et les principes éthiques, décident de nuire à des créatures innocentes, déstabilisant l'équilibre environnemental et répondant à un besoin de violence aussi primitif qu'insensé.

On ne peut pas penser autrement quand on se retrouve devant les macabres "paquets touristiques" proposés par des sociétés américaines et canadiennes, qui proposent à leurs clients des expéditions qui ont très peu à voir avec le tourisme, et dont le seul but est de tuer des animaux. En particulier, les victimes désignées sont des individus d'une espèce déjà classée comme vulnérable : l'ours polaire.

via: Mirror

Ces dernières années, les photos de personnes – souvent de riches touristes – posant fièrement devant des "trophées" de chasse qui sont malheureusement protégés, des animaux sauvages vulnérables et menacés n'ont pas manqué. Malgré l'indignation, le scandale et les mesures provoqués par ces images et le phénomène de la chasse illégale, il semble que ces "passe-temps" macabres soient tout sauf un souvenir lointain. Les ours polaires, dont la chasse n'est interdite qu'en Norvège, en font également les frais. Dans les autres pays où ils vivent (tels que la Russie, les États-Unis et le Canada), seuls les peuples indigènes locaux sont autorisés à chasser pour leur subsistance.

Le problème, cependant, est que les locaux eux-mêmes ont signalé que ces licences sont souvent vendues à des sociétés privées, précisément celles qui organisent les circuits en question. Les ours polaires sont souvent au centre des préoccupations scientifiques et environnementales. La population de ces merveilleux animaux blancs diminue rapidement et inexorablement, également en raison du réchauffement climatique, qui provoque la fonte des glaces et la modification inévitable de leur habitat.

Le fait que, dans un contexte aussi alarmant, il y ait des gens qui prennent plaisir à les tuer pour le simple plaisir de les exposer comme trophées, au point d'organiser de véritables expéditions, est pour le moins désarmant. Les clients fortunés de ces entreprises, pour des montants d'environ 40 000 euros, peuvent s'essayer à une séance de chasse qui dure environ 10 jours, dans une recherche effroyable d'animaux à abattre sans pitié. Les agences (Worldwide Trophy Adventures ou Ameri-Cana Expeditions pour n'en citer que deux) fournissent tout le matériel nécessaire et, si aucun ours n'est tué, certains de ces "tour-opérateurs" permettent même de revenir gratuitement pour tenter à nouveau l'expérience.

Advertisement

Si ces ignobles excursions donnent les résultats escomptés, certaines entreprises proposent même un service de transformation des carcasses en véritables trophées de chasse. Les scientifiques et les organisations environnementales sont intervenus pour demander que cessent au plus vite ces massacres inutiles et nuisibles. Il reste à espérer que cela se produise réellement et que l'homme, tôt ou tard, cessera de penser qu'il peut disposer de la nature à sa guise.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci