Le trou d'ozone de l'Arctique s'est refermé : c'était le plus grand détecté au pôle Nord - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Le trou d'ozone de l'Arctique s'est…
15 photos de curiosités du monde entier, parfaites pour ceux qui pensent avoir déjà tout vu Australie : en l'absence de touristes, des plongeurs plantent des coraux pour repeupler la Grande Barrière de Corail

Le trou d'ozone de l'Arctique s'est refermé : c'était le plus grand détecté au pôle Nord

Par Baptiste
3.456
Advertisement

Bien que la pandémie de Covid-19 soit d'une certaine manière bénéfique pour notre planète, la nouvelle de la fermeture du plus grand trou d'ozone jamais détecté au pôle Nord n'a rien à voir avec la diminution de la pollution et la réduction de la présence humaine ces derniers mois, grâce aux mesures restrictives adoptées par les gouvernements. Selon les scientifiques, il s'agit d'un phénomène sans précédent : le trou ne s'ouvrira plus. La raison pour laquelle un tel événement a été rendu possible est à chercher dans la vague de chaleur anormale qui s'est produite au pôle Nord dans les dernières semaines d'avril 2020. Les températures atteignaient alors 20°.

Cela semble paradoxal, mais le plus grand trou d'ozone jamais détecté s'est refermé grâce à la chaleur – la nouvelle a été confirmée par le service de surveillance atmosphérique du réseau européen Copernicus. Les scientifiques affirment que le trou ne rouvrira pas cette saison, bien que le vortex polaire soit de plus en plus fort ces jours-ci en raison de la vague de chaleur. C'est généralement au pôle Sud que ce type de phénomène se produit et non en Arctique. Les experts ont motivé l'événement en affirmant qu'en 2020, les courants de haute altitude qui maintiennent l'air froid autour de l'Arctique ont été très forts et, en réagissant avec une concentration plus importante de produits chimiques, ils ont permis la destruction de l'ozone. C'est pourquoi nous nous sommes trouvés face à un trou d'ozone trois fois plus grand que le Groenland, au pôle Nord.

Pour l'instant, il est prématuré d'attribuer un tel événement au changement climatique et Antje Inness, un scientifique de l'équipe Copernicus, a déclaré qu'on ne sait pas pour l'instant pourquoi la dynamique a été si inhabituelle au cours de cet hiver. Il est certain que de nombreux scientifiques feront des études de modélisation pour en découvrir les raisons et élucider ce mystère.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci