Coronavirus : les "marchés humides" rouvrent en Chine où des animaux comme les serpents et les chauves-souris continuent d'être vendus - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Coronavirus : les "marchés humides"…
Il sort de chez lui pendant la quarantaine déguisé en buisson pour se fondre dans le décor, mais un couple le filme par la fenêtre Coronavirus : Armani convertit sa production italienne en blouses de protection pour médecins et infirmiers

Coronavirus : les "marchés humides" rouvrent en Chine où des animaux comme les serpents et les chauves-souris continuent d'être vendus

Par Baptiste
12.273
Advertisement

Même pas le temps de fermer tous les services non essentiels pendant deux mois dans tout le pays que la Chine, qui se remet peu à peu de la pandémie du Covid-19, commence à rouvrir les premiers "marchés humides" – ces marchés tant décriés où l'on vend des animaux en cage tels que les chiens, les chats, mais aussi les serpents, les chauves-souris, les canards, les pangolins, etc. Un véritable marché des horreurs qui a très probablement été l'origine du premier foyer épidémique du Coronavirus à Wuhan.

image: Wikimedia

Ce virus de probable origine animale, qui s'est ensuite répandu comme une traînée de poudre dans la province de Hubei puis dans le monde entier à partir des marchés de Wuhan, semble provenir de la consommation humaine d'animaux tels que les serpents et les chauves-souris, des animaux très faciles à trouver sur les comptoirs des marchés dits "humides" en Chine. Selon le rapport du Daily Mail, les marchés de l'horreur de Dongguan, dans le sud du pays, et de Guilin, dans le sud-ouest, ont déjà réouvert.

Le correspondant du Daily Mail décrit la situation actuelle dans les marchés aux animaux réouverts en Chine : "Tout le monde ici croit que l'épidémie est terminée et qu'il n'y a plus rien à craindre. Le problème concerne désormais les autres pays. Les marchés fonctionnent à nouveau exactement comme avant le coronavirus. La seule différence est que les agents de sécurité essaient d'empêcher quiconque de prendre des photos, ce qui ne serait jamais arrivé auparavant."

Là où tout a commencé, on assiste à un lent retour à la "normalité" ; mais quel sera à l'avenir le prix à payer pour cette normalité retrouvée ?

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci