Coronavirus : selon les chercheurs, il existe une zone climatique où il se développe plus facilement - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Coronavirus : selon les chercheurs,…
Un grand nombre de bactéries se nichent sur les semelles des chaussures, c'est pourquoi certains chercheurs recommandent de les enlever à la maison Coronavirus : une mère de deux enfants est la première personne aux États-Unis à se faire injecter le vaccin expérimental

Coronavirus : selon les chercheurs, il existe une zone climatique où il se développe plus facilement

Par Baptiste
9.424
Advertisement

Dans un moment délicat et inquiétant comme celui que nous vivons, en raison de la propagation de la pandémie de Coronavirus, beaucoup de gens s'interrogent sur l'avenir de cette situation.

Les désagréments et le stress dus à la sacro-sainte nécessité de garder ses distances et d'éviter les contacts sociaux ne manquent pas : c'est aussi pour cette raison que nous nous demandons quels seront les prochains développements. Les scientifiques de l'université du Maryland, faisant partie du Global Virus Network, auraient trouvé un lien entre la propagation de Covid-19 et le climat des zones où il s'est développé.

On l'a appelée "la ceinture du coronavirus", une sorte de "cordon" imaginaire qui englobe des régions du monde situées entre le 30e et 50e parallèle et où, en croisant les données climatiques et en approfondissant les études, on a constaté que l'incidence du virus était plus élevée.

Plus précisément, la latitude, la température et l'humidité ont des valeurs récurrentes à l'intérieur desquelles le Coronavirus semble être plus "vivant" et présent. Nous parlons d'une fourchette comprise entre 5 et 11 degrés centigrades et de valeurs d'humidité comprises entre 47 et 79%. Les régions où le Covid-19 a trouvé un terrain plus fertile, selon les chercheurs, avaient des caractéristiques climatiques similaires et stables pendant plusieurs jours et très proches de celles enregistrées à Wuhan pendant les jours du pic.

La chaleur pourrait donc être un premier "ennemi" naturel de la pandémie que nous connaissons, tout comme le grand froid, c'est-à-dire en dessous de zéro degré Celsius. L'humidité et les températures fraîches, pour ainsi dire intermédiaires, semblent au contraire mieux convenir à la diffusion de la maladie.

image: Nps.gov

D'autres études que de nombreux scientifiques mènent dans différentes parties du monde semblent confirmer ce point de vue. Ainsi, il semble prévisible – à condition que le Covid-19 ne subisse pas de mutation – que sa propagation puisse se déplacer progressivement vers le nord, par rapport à la "ceinture" actuelle définie par les chercheurs. De même, il y a de fortes chances que le nombre d'infections diminue en été, mais aussi que le coronavirus se manifeste à nouveau lors des saisons les plus fraîches.

Tout cela, bien sûr, est en cours d'étude et doit donc être considéré avec précaution au regard d'une situation en développement continu. L'espoir est que, jour après jour, nous puissions définir de mieux en mieux l'ennemi invisible mais présent que le monde entier combat actuellement.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci