En cas de stress, les cellules masculines tendent à se suicider, les cellules féminines survivent : une étude le confirme - Curioctopus.fr
x
En cas de stress, les cellules masculines…
Un rapport de l'ONU photographie l'état des océans : d'ici 2100, ils pourraient monter de plus d'un mètre Visage de chat et corps d'autres animaux : 20 images troublantes et drôles à la fois

En cas de stress, les cellules masculines tendent à se suicider, les cellules féminines survivent : une étude le confirme

26 Octobre 2019 • Par Baptiste
9.166
Advertisement

Un nouveau pas en avant a été franchi dans la médecine dite de genre, qui a toujours étudié le comportement et la structure des gènes chez les hommes et les femmes et qui détermine les différences et les similitudes. Une étude scientifique transversale impliquant l'Institut de la Santé (ISS), le Département de médecine expérimentale, diagnostique et spécialisée (DIMES) de l'Université de Bologne, l'Institut IRCCS des sciences neurologiques de Bologne, l'IAC (Institute for Applied Computing) et le Conseil national de recherches (CNR) de Rome ont confirmé certaines différences génétiques importantes.

via: Nature

image: Pixabay

L'étude croisée a mis en évidence comment les cellules des hommes, soumises à différents types de stress, ont tendance à "se suicider" en effectuant le processus dit d'"apoptose", tandis que les cellules des femmes réagissent aux changements et influences externes en "traitant" le problème et assurant la survie des cellules environnantes.

Ce processus si différent entre les cellules mâles (XY) et les cellules femelles (XX) a été attribué au matériel génétique composé de composants moléculaires appelés microARN ; ces derniers régulent l'expression des gènes et influencent le comportement des cellules ; ce n'est pas un hasard si ces composants moléculaires sont impliqués dans de nombreuses maladies comme les infections, jusqu'aux tumeurs.

Le microARN qui pourrait être responsable de cette différence entre les cellules mâles et femelles a été identifié dans le miR548am-5p présent dans les fibroplastes de l'épiderme féminin, selon les termes d'Anna Ruggeri, co-auteure de l'étude : "Le taux élevé de miR548am-5p dans les cellules femelles serait responsable d'une résistance accrue aux différents stress, par la régulation de certains gènes, tels que Bax et Bcl2, impliqués dans des mécanismes de mort médiés par les mitochondries."

Bien que l'étude mette l'accent sur la composition moléculaire différente entre les hommes et les femmes, la médecine actuelle souligne toujours l'importance d'approches ciblées et non génériques dans les études de genre.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci