En matière d'environnement, les baleines sont aussi précieuses que l'Amazonie : elles peuvent absorber 40% du CO2 de la planète - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
En matière d'environnement, les baleines…
Cette veste chauffante avec batterie intégrée vous gardera au chaud même pendant les mois les plus froids 14 innovantes idées de design qui peuvent améliorer la vie des citoyens

En matière d'environnement, les baleines sont aussi précieuses que l'Amazonie : elles peuvent absorber 40% du CO2 de la planète

1.508
Advertisement

Selon une étude du Fonds monétaire international, les baleines pourraient être la solution la plus écologique au réchauffement climatique. Bien qu'une telle affirmation semble incroyable, elle est le résultat d'un écosystème totalement naturel où vivent ces cétacés ; et ces derniers contribuent à le rendre ainsi dans son fonctionnement. Selon l'étude, les baleines sont capables d'absorber une quantité de dioxyde de carbone égale à environ 4 forêts amazoniennes.

via: IMF

Avec leur souffle, ces cétacés marins peuvent "respirer" 40% du CO2 produit sur l'ensemble de notre planète, soit l'incroyable total de 37 milliards de tonnes. Ainsi les baleines absorbent ce que feraient 1 700 milliards arbres plantés, soit environ 4 forêts de la taille de l'Amazonie.

Cette puissante absorption dont les baleines sont capables est possible grâce à leur capacité à faire remonter à la surface des minéraux marins encore présents dans les fonds marins, indispensables au développement du phytoplancton, le plus efficace pour aspirer le dioxyde de carbone. En bref, plus il y a de baleines à proximité, plus le CO2 est absorbé.

image: IMF

Déjà en 2010, une étude de l'Australian Antarctic Division australienne avait souligné l'importance de l'écosystème des baleines pour l'absorption du CO2 ; d'après cette recherche spécifique, leurs fèces pouvaient représenter environ 12% du fer à la surface de l'océan Atlantique, une opportunité qui a été limitée au fil des ans par la chasse inconsidérée de ces cétacés, mettant en péril la fonctionnalité essentielle des écosystèmes marins que les baleines aident à préserver.

Stephen Nicol, auteur de l'étude de 2010, affirmait péremptoirement : "Avoir seulement 1% de plancton en plus dans les mers signifie absorber des centaines de millions de tonnes de CO2 par an. Comme si, chaque année, 2 milliards d'arbres adultes apparaissaient soudainement".

Des données extrêmement intéressantes qui constituent un point de départ supplémentaire pour la réflexion sur la manière de lutter contre les effets du changement climatique à l'avenir.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci