Un rapport de l'ONU photographie l'état des océans : d'ici 2100, ils pourraient monter de plus d'un mètre - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Un rapport de l'ONU photographie l'état…
Corail de feu empoisonné : découvert aussi en Australie l'un des champignons les plus mortels de la nature En cas de stress, les cellules masculines tendent à se suicider, les cellules féminines survivent : une étude le confirme

Un rapport de l'ONU photographie l'état des océans : d'ici 2100, ils pourraient monter de plus d'un mètre

975
Advertisement

Tempêtes, pluies acides, ouragans, tsunamis : autant d'événements profondément traumatisants pour ceux qui les vivent. Heureusement, ces événements sont très rares et ne se produisent que très peu dans toute leur puissance destructrice. Mais est-ce que ce sera toujours le cas ?

Selon les enquêtes menées par le Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), l'organisme qui fournit des données scientifiques aux gouvernements pour améliorer les politiques environnementales, la réponse pourrait bientôt être négative.

via: IPCC

L'IPCC a élaboré un rapport mettant en évidence tous les risques liés aux émissions actuelles de CO2. Selon le rapport, les émissions actuelles ont déjà causé des dommages considérables.

Les mers en sont les principaux responsables : leur eau se réchauffe, s'acidifie et perd de l'oxygène. Cela signifie que de nombreuses espèces vivantes ont déjà disparu : le récif corallien, par exemple, et de nombreux autres poissons et mollusques.

Le GIEC a déclaré que, si les émissions de gaz à effet de serre restent à leur niveau actuel, il est fort probable que des événements traumatisants pour la planète et ses habitants se produiront chaque année d'ici 2050, plutôt que tous les 50 ou même 100 ans.

Le sommet sur le climat du 23 septembre 2019 a spécifiquement abordé ces questions. De nombreux pays ont déclaré qu'ils étaient prêts à modifier leur politique environnementale et à transformer toute l'énergie qu'ils produisent en énergie propre. Mais cela ne suffit pas : le changement est trop lent et de nombreux autres gouvernements ne sont pas encore prêts à collaborer.

Selon le GIEC, les mers se surchauffent rapidement et leur niveau augmente de façon spectaculaire. D'ici 2100, elle pourrait augmenter de plus d'un mètre et dans quelques années, des villes comme Los Angeles, Miami, Honolulu, San Diego, Jakarta, Manille, Bangkok, Lima, Singapour, Barcelone, Sydney ou Venise pourraient disparaître.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré que nous ne sommes plus confrontés au "changement climatique", mais à une véritable "crise climatique". Si nous ne mettons pas un frein immédiat à la pollution, nous pourrions bientôt nous retrouver près de la chute de notre belle planète.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci