Un iceberg de 1 636 kilomètres carrés s'est détaché de l'Antarctique oriental - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Un iceberg de 1 636 kilomètres carrés…
À Istanbul, ce parc suspendu entre les arbres permettra à chacun de redécouvrir la nature sous un angle nouveau En Australie, 8 individus de diables de Tasmanie sont nés, des animaux en voie d'extinction

Un iceberg de 1 636 kilomètres carrés s'est détaché de l'Antarctique oriental

3.703
Advertisement

Selon des données publiées par The Guardian, un bloc de glace de la même taille que la ville de Londres s'est détaché de la barrière Amery en Antarctique. Cet iceberg, appelé par la science D-28, se serait détaché du bloc principal le 26 septembre 2019, sans surprise pour les experts, qui avaient malheureusement prédit l'événement dans l'Antarctique oriental depuis des années. Aujourd'hui, les nouvelles soulèvent des questions et des craintes quant aux conséquences catastrophiques de la fonte des glaces pérennes sur la planète Terre.

La superficie de l'iceberg qui s'est détaché est estimée à environ 1 636 kilomètres carrés, soit 50 x 30 kilomètres. Toutefois, la Division australienne de l'Antarctique, avec les efforts de l'Institut des études marines et antarctiques et de la Scripps Institution of Oceanography, a déclaré que le phénomène avait été largement anticipé depuis le début des années 2000.

Ces scientifiques avaient en effet remarqué une faille à l'avant de la plate-forme D-28 il y a une vingtaine d'années, et avaient calculé l'événement entre 2010 et 2015. Rien de particulièrement inquiétant pour la science, si ce n'est que nous ne connaissons pas exactement les conséquences du détachement de l'iceberg.

S'il est vrai que la fracture n'affectera pas le niveau de la mer, selon Helen Amanda Fricker de la Division Antarctique australienne, nous ne savons pas quelle influence elle pourrait avoir sur la fonte d'autres blocs de glace dans l'Antarctique oriental. Y aura-t-il lieu de s'inquiéter ?

En attendant, les doutes scientifiques sur l'avenir des réserves de glace pérenne aux pôles de notre planète continuent de s'épaissir d'une manière de plus en plus obscure.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci