Le côté sombre du cachemire : les conséquences de sa production sont ignorées par la majeure partie d'entre nous - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Le côté sombre du cachemire : les…
Comment était l'Italie dans les années 80 : un souvenir évocateur dans les photos de ce photographe américain Ces 17 gadgets de cuisine vous donneront envie de vous précipiter aux fourneaux

Le côté sombre du cachemire : les conséquences de sa production sont ignorées par la majeure partie d'entre nous

2.797
Advertisement

Quand on achète un beau pull neuf, probablement de bonne facture et obtenu à partir d'une fibre "noble", il est rare de penser à ce qui se cache derrière le vêtement que l'on tient entre les mains.

Nous nous référons au travail de production, peut-être le résultat de personnes exploitées ou dont les droits ne sont pas garantis, mais aussi à la façon dont la fibre, vendue pour son aspect précieux et exclusif, a été obtenue. Ce sont là des aspects qui méritent vraiment réflexion, compte tenu de la situation dont nous sommes sur le point de vous parler.

En ce qui concerne le cachemire, le tissu "luxueux" par excellence, les côtés sombres et la cruauté envers les animaux que sa production entraîne, sont, pour le moins, glaçants. Voyons pourquoi.

via: Peta.org

Ce qui devrait distinguer les êtres humains des autres animaux, c'est la capacité d'éprouver des sentiments, de l'empathie, avoir une morale et une éthique. Bref : des capacités intellectuelles plus évoluées. Pourtant, en regardant autour de nous, souvent ce qui se passe dans le monde nous révèle autre chose, à savoir des actes de cruauté, d'abus et de violence qui semblent répondre à un véritable instinct "bestial", même si parfois ce n'est même pas cela qui les motive...

La soif de profits et la logique de la production de masse nous conduisent à ne pas avoir de scrupules, ni avec nos semblables, ni avec les animaux, créatures considérées comme "inférieures" et aptes à la prévarication. Ces avant-propos sont nécessaires si l'on considère l'enquête de l'organisation à but non lucratif PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), menée auprès de deux des plus grands exportateurs de cachemire au monde.

Les images diffusées par l'organisation donnent vraiment envie d'arrêter d'acheter des produits de cette fibre, car les chèvres impliquées dans le processus de production sont soumises à de véritables tortures pour l'obtenir. Dans ces "fermes des horreurs", situées en Chine et en Mongolie, la fourrure est littéralement arrachée aux animaux avec de gros outils en fer. Les ovins gémissent de douleur et de peur car ils sont obligés de subir ces traitements de façon prolongée.

Il n'est pas rare que des chèvres soient blessées sans être soignées comme il se doit et, au terme de cette violente obtention du cachemire, qu'elles soient tuées, laissées à l'agonie ou vendues pour l'abattage, sans que l'on se soucie de leurs souffrances.

Advertisement
image: Libreshot

La cruauté à laquelle sont soumises les chèvres du cachemire est indescriptible, si nous pensons que ce sont des êtres vivants, conscients et capables de ressentir douleur et peur, tout comme nous. En lisant les rapports d'organisations comme PETA et en regardant les images de leurs reportages, on se demande vraiment ce qui nous donne le droit de faire ces choses à des animaux sans défense.

Il est peut-être temps de repenser la plupart de nos façons de faire et, surtout, de consommer. Ce n'est qu'en élargissant nos horizons à une plus grande sensibilité et au respect de la nature que nous pourrons donner un signal concret, et peut-être commencer à contenir la cruauté et les abus inacceptables.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci