La fonte des glaciers rejette dans l'air les pesticides d'il y a 70 ans : une étude le révèle - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
La fonte des glaciers rejette dans l'air…
Cette femme réalise des animaux en laine cardée qui semblent prendre vie Une équipe de scientifiques a découvert comment capter et stocker l'énergie solaire pendant 10 ans

La fonte des glaciers rejette dans l'air les pesticides d'il y a 70 ans : une étude le révèle

Par Baptiste
4.631
Advertisement

La fonte des glaces est un problème bien connu, pour lequel il semble difficile d'espérer un inversement de tendance à court ou à long terme.

En raison de l'augmentation de la température de la Terre, les régions les plus froides de notre planète perdent des tonnes de glace chaque jour, et cette situation cause des dommages et un déséquilibre à l'écosystème entier. Outre l'élévation du niveau des océans, les déséquilibres de la faune et de la chaîne alimentaire, la fonte des glaces a révélé une autre conséquence plutôt alarmante. Voyons de quoi il s'agit.

via: Phys.org
image: Maxpixel

En raison de la fonte des glaces, un grand nombre de polluants sont rejetés dans l'eau et dans l'air, ce qui a des effets catastrophiques sur la vie aquatique et pose un risque encore plus grand pour la qualité de l'air que nous respirons. De quoi s'agit-il ? Malheureusement, on parle aussi de pesticides, si vieux qu'ils remontent aux années 1940.

Oui, parce que ces produits chimiques nocifs peuvent littéralement être piégés dans la glace, redescendant de l'atmosphère où ils avaient été répandus. Leurs "moyens de transport" sont la poussière et l'eau, qui permettent à ces composés de se déplacer d'une partie du globe à une autre, même sur plusieurs kilomètres.

Ainsi, une fois les glaciers fondus, ils libèrent tout ce qu'ils avaient emmagasiné au cours des années précédentes, y compris les substances toxiques. C'est ce qui explique les "paradoxes" selon lesquels les glaciers, les eaux et les régions éloignées de l'Alaska, de l'Arctique et de l'Himalaya comptaient autant de concentrations de contaminants, sinon supérieures, à celles mesurées dans les zones habitées par les humains.

Une étude de l'Institut de l'Institute of Tibetan Plateau Research de la Chinese Academy of Sciences s'est concentrée spécifiquement sur le cas de l'Himalaya et de ses glaciers en voie de fonte. Ici, les pays asiatiques voisins, peu attentifs à l'utilisation et au commerce des substances polluantes, ont concentré de grandes quantités de pesticides "anciens" et d'au moins 70 ans.

Parmi les produits les plus nocifs trouvés dans les échantillons de glace se trouvent les acides perfluoroalkyles (PFAA), composants de divers pesticides particulièrement résistants. Il va sans dire que, derrière tout cela, il y a l'oeuvre de l'homme, avec ses choix irresponsables et dictés par la nécessité du profit à tout prix, même au prix de sa propre santé et de sa survie.

Les polluants qui retournent dans l'eau sont "la proie" des poissons et d'autres créatures aquatiques qui, au fur et à mesure répandent leurs principes actifs, à tel point qu'ils pourraient finir dans nos assiettes. Il est maintenant temps de comprendre que tout ce que nous faisons sur Terre a des conséquences qui ne se dissolvent pas "par magie", mais qui restent, même pour longtemps, partie intégrante de notre environnement.

Source:

https://agupubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1029/2019JD030566

Advertisement
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci