À São Paulo, au Brésil, il fait nuit en plein jour : le ciel s'assombrit à cause des feux de l'Amazonie

Baptiste

27 Août 2019

À São Paulo, au Brésil, il fait nuit en plein jour : le ciel s'assombrit à cause des feux de l'Amazonie
Advertisement

La forêt amazonienne, le poumon vert du monde, vit un moment dramatique de son histoire. Non seulement à cause de la déforestation, qui se poursuit à un rythme qui n'a jamais été aussi rapide qu'aujourd'hui, mais aussi parce que la précieuse réserve d'oxygène et de biodiversité est de plus en plus affectée et dévastée par les incendies criminels.

Outre la catastrophe écologique en cours, dans la ville de São Paulo, les conséquences de ce qui se passe en Amazonie sont déjà clairement visibles de tous, dans un scénario qui semble être sorti d'un film de science-fiction.

via Euronews

Advertisement

L'immense métropole brésilienne, l'une des villes les plus peuplées du monde, a été littéralement obscurcie par la fumée des feux de forêt amazoniens, comme si une éclipse avait soudain "éteint" le soleil dans son ciel.

Et ce n'est pas une exagération : les photos et les vidéos qui circulent sur le web montrent clairement comment Sao Paulo est passé du jour au soir. Une épaisse fumée noire a recouvert la ville, laquelle a causé de très fortes concentrations de monoxyde d'azote, de monoxyde de carbone et de particules.

Ce qui est frappant, en plus du scénario apocalyptique que la métropole a vécu, c'est que Sao Paulo se trouve à 3 500 km de la forêt en feu : une distance considérable. Cela nous fait comprendre l'ampleur et la violence des incendies qui détruisent les arbres et les plantes, tuent les animaux.

Facebook - Nilton Fukuda

Difficile de ne pas penser aux dommages à court et à long terme qu'entraînent tant de dévastations. Les substances dont l'air brésilien est rempli sont toxiques : étourdissements, nausées, maux de tête et crises respiratoires ne sont que quelques-uns des symptômes possibles.

Sans compter que les émissions de gaz dans l'atmosphère vont encore aggraver la qualité de l'air que nous respirons chaque jour, partout dans le monde. Les incendies en Amazonie ne sont pas, loin de là, un problème local.

La forêt amazonienne est le poumon qui aide à faire respirer la planète, mais aussi à réduire le réchauffement climatique. Personne ne peut se permettre de la rayer de la carte au nom du profit ou de la négligence.

Advertisement

Facebook - Nilton Fukuda

Advertisement