"Une pinte de bière est moins nocive qu'un verre d'eau" : voilà ce qui se cache derrière cette provocation - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
"Une pinte de bière est moins nocive…
Avec une planète plus chaude, les nuages disparaîtront, et les conséquences sur l'atmosphère seront énormes Les nouvelles Barbie s'inspirent des femmes scientifiques : il y a l'astrophysicienne et l'océanologue

"Une pinte de bière est moins nocive qu'un verre d'eau" : voilà ce qui se cache derrière cette provocation

12.018
Advertisement

Nombreux sont ceux qui, dans la communauté scientifique, l'appellent "le cas de 2019" : le sujet des microplastiques n'a été mis sous les feux de la rampe que récemment, mais de manière éclatante. En peu de temps, nous avons compris le danger d'ingérer des milliers de particules de microplastiques par jour, mais surtout, nous avons compris combien elles sont répandues. Elles sont partout, même dans l'eau que nous buvons, à tel point que "une pinte de bière est moins nocive qu'un verre d'eau".

"Une pinte de bière est moins nocive qu'un verre d'eau. Du vin ? Encore mieux", a déclaré Sherri Mason, chercheuse américaine à l'Université Penn State Behrend. L'intention est clairement provocatrice, mais pas trop exagérée.

Les microplastiques ont contaminé la plupart des aliments : on les trouve dans les fruits, les légumes, le poisson et les animaux dont on tire la viande et d'autres aliments. L'eau du robinet est également contaminée, au point que les recommandations pour la consommation moyenne d'eau par jour prévoiraient l'ingestion d'environ 5 000 particules de plastique. Même boire de l'eau en bouteille n'est pas une solution : des analyses ont montré que plus de 90% des bouteilles contiennent des microplastiques.

À ce stade, les questions sur leur impact sur la santé sont plus que justes : dans la première analyse, il a été constaté que les microplastiques peuvent atteindre même les couches les plus profondes du système respiratoire.

Quelle est la solution au problème défini comme "le cas 2019" : créer des matériaux plus sûrs du point de vue alimentaire, en plus d'utiliser le plastique d'une manière plus consciente.

Pour l'instant, cependant, les données officielles sont rares. Alors, avant de prendre à la lettre ce qui n'a été qu'une provocation, il vaut mieux continuer à préférer un verre d'eau à un verre de bière !

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci