Nous savons enfin ce qui a exterminé les organismes marins dans la pire extinction de l'histoire - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
Nous savons enfin ce qui a exterminé…
20 photos qui prouvent un lien de parenté mieux qu'une analyse ADN Les amandes aident à nettoyer les artères du cholestérol, selon une nouvelle étude

Nous savons enfin ce qui a exterminé les organismes marins dans la pire extinction de l'histoire

1.808
Advertisement

Notre planète a déjà connu son apocalypse bien avant que l'homme ne pose son premier pied sur terre. Cela s'est produit il y a plus de 250 millions d'années, dans la période permienne-triasique. Au cours de cette période, que les scientifiques ont appelée "l'extinction massive" environ 76% des espèces vertébrées terrestres et plus de 95% des espèces marines, telles que le trilobite, ont été détruites.

L'atmosphère terrestre a été perturbée par l'activité volcanique sibérienne : les éruptions successives ont produit une libération incalculable de matière ; les cendres ont complètement enveloppé la Terre, bloquant les rayons du soleil, amincissant la couche d'ozone et provoquant une longue série de pluies acides. Tout cela a entraîné une augmentation disproportionnée de la température de la Terre. Les scientifiques affirment que ces changements ont accéléré le métabolisme des créatures marines, qui ont donc dû augmenter leurs besoins en oxygène. À la fin du processus, qui a duré environ 700 000 ans, les animaux marins suffoquaient, ayant épuisé les réserves d'oxygène de la mer.

Une équipe de scientifiques, coordonnée par Justin Penn, chercheur à l'École océanographique de l'Université de Washington, a mis au point des simulations informatiques des changements survenus sur Terre pendant cette période. Avant la période permienne-triasique, l'atmosphère terrestre avait une composition chimique similaire à celle d'aujourd'hui. On a découvert que les activités volcaniques sibériennes ont enraîné une augmentation de la température de la Terre de plus de 11 degrés et que cela provoquait une diminution de l'oxygène terrestre et marin.

Lors des simulations, les chercheurs ont inséré dans l'ordinateur les données de 61 espèces marines existant actuellement. Ce fut un désastre : toutes les espèces marines vivant aux latitudes éloignées de la zone équatoriale ont disparu après quelques années, tandis que les autres espèces émigraient de plus en plus vers les deux pôles à la recherche d'habitats adaptés. En réalisant les simulations, on a constaté que la mort aurait également eu lieu pour les autres espèces.

Advertisement

Penn a déclaré que l'expérience est très importante, non seulement parce qu'elle a permis de clarifier ce qui s'est passé dans la période permienne-triasique, mais surtout parce qu'elle est une représentation significative de ce à quoi la Terre fait face si l'homme ne met pas immédiatement un terme à la pollution. En effet, la température de notre planète a augmenté de 0,8° en 130 ans seulement. Les chercheurs ont émis l'hypothèse qu'en 2300 au plus tard, nous pourrions être confrontés à une nouvelle extinction massive.

La pollution humaine conduit l'écosystème terrestre à la destruction. En moins de 500 ans, les températures pourraient devenir insupportables pour presque toutes les espèces existantes, y compris les humains. Est-il vraiment opportun de continuer sur cette mauvaise voie ?

Tags: ScienceNature
Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci