L'histoire d'Olga de Kiev, la sanguinaire princesse russe devenue une sainte chrétienne - Curioctopus.fr
x
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies qui nous permettent d'améliorer votre expérience de navigation. En savoir plus Ok
x
L'histoire d'Olga de Kiev, la sanguinaire…
19 produits économiques avec lesquels nous pouvons éliminer le très polluant plastique jetable dans nos maisons Une fille trouve les lieux de tournage de films cultes et leur donne une seconde vie

L'histoire d'Olga de Kiev, la sanguinaire princesse russe devenue une sainte chrétienne

3.806
Advertisement

Certaines figures historiques sont parvenues à se fixer à jamais dans l'imaginaire collectif par des actes devenus légendaires, ce qui ne signifie pas vraiment qu'il s'agissait de bonnes actions - au contraire - mais, dans certains cas, l'Histoire les a transfigurées, et a fini par les absoudre pour l'éternité.

L'histoire d'Olga de Kiev, princesse de Rus' de Kiev, qui est aujourd'hui vénérée comme une sainte chrétienne, a été une souveraine sanguinaire.

Olga est née vers 890 dans une famille slave aristocratique, et quand elle était très jeune, elle a épousé le Prince Igor de Kiev, le futur Grand Prince de Kiev. Cependant, un jour, Igor alla collecter des impôts auprès de la tribu slave des Drevliens, qui l'attaquèrent et le tuèrent. Puisque son fils Svjatoslav, héritier du trône, n'avait que trois ans à l'époque, c'est sa mère, la veuve Olga, qui a régné à sa place - et elle l'a fait d'une manière aussi terrible que grandiose.

Le premier objectif du souverain était la vengeance contre les Drevliens, qui ont d'abord essayé de la persuader d'épouser leur prince : Olga fit torturer tous les hommes envoyés pour cette fin. Puis elle mit en place un plan intelligent : elle accepta d'épouser le prince des Drevliens, à condition d'être accompagnée dans son voyage par les plus sages et les plus forts des Drevliens. A leur arrivée, Olga les a accueillis et les a invités à se reposer dans les thermes ; mais, une fois réunie ici l'ambassade de Drevlian, elle a mis le feu à l'édifice.

Cela ne s'est pas arrêté là : Olga a poursuivi sa vengeance et a tendu un autre piège aux survivants. Les Drevliens demandèrent la paix et la possibilité de payer un tribut en miel et en peaux, mais Olga répondit : "Il n'y a maintenant chez vous ni miel ni peaux; je vous demanderai une petite chose : donnez-moi trois pigeons et trois moineaux par maison; car je ne veux pas vous imposer de lourd tribut, comme avait fait mon mari; je ne vous demande que cette petite chose, parce que vous vous êtes appauvris pendant le siège; je ne veux que cela." 
Olga donna à tous ses soldats un pigeon et un moineau par tête et ordonna à chacun d'attacher aux oiseaux avec un fil une mèche soufrée enveloppée dans de petits morceaux de toile; et quand vint le crépuscule, Olga ordonna à ses soldats de lâcher les pigeons et les moineaux.
Les pigeons et les moineaux volèrent vers leurs nids, les uns à leurs pigeonniers, les autres sous les toits; et ainsi le feu se mit aux colombiers, aux cabanes, aux tours, aux étables, et il n'y eut pas de maison qui pût y échapper; et il était impossible de l'éteindre, car toutes les maisons brûlaient en même temps. Et les habitants de la ville s'enfuirent et Olga ordonna à son armée de les saisir. 

Advertisement
image: pixabay

Cependant, ce n'est que la première partie de l'histoire d'Olga ; la souveraine, qui s'est rendue à Constantinople pour conclure des accords militaires et commerciaux, s'est convertie au christianisme orthodoxe et a été baptisée, prenant le nom de Hélène. De retour à Kiev en tant que première souveraine à se convertir au christianisme orthodoxe, elle a travaillé dur pour répandre le christianisme de rite byzantin parmi son peuple : elle a détruit les autels païens, fait venir un missionnaire - le moine Adalbert de Trèves - de l'empire allemand mais en vain. Olga n'a pas pu convertir son peuple, ni son fils Svjatoslav, désormais Grand Prince de Kiev.

Elle mourut en 969, et ce n'est qu'au début du XIe siècle que commença le processus de canonisation d'Olga, considérant que son corps - conservé dans l'Église des Décimes - était resté dans un état absolument intact. Sa fête est encore célébrée aujourd'hui par les Églises orthodoxe et catholique.

Advertisement

Partagez votre commentaire!

Advertisement
Advertisement

Vous avez aimé cette histoire?

Cliquez sur "j'aime" et ne manquez pas les meilleures.

×

Je suis déjà fan, merci